Le Jamboree atlantique des violoneux reçoit un nouveau souffle de vie

ABRAM-VILLAGE – Le temps était arrivé de décider une fois pour tout si on devait continuer le Jamboree atlantique des violoneux ou le laisser tomber. Heureusement, plusieurs bénévoles, reconnaissant l’importance de cet événement annuel, ont accepté lors d’une réunion du 22 avril de prendre la relève et de lui donner un nouveau souffle de vie.

Le Jamboree atlantique des violoneux se restructure et se relance avec grand élan. Se préparant pour la grande fête, qui aura lieu du 1 au 3 août dans la région Évangéline, sont, de la gauche, Renée Coughlin, coordonnatrice d’activités de l’Association touristique Évangéline qui coordonnera l’événement, Caroline Arsenault, présidente de l’association, et Colette Aucoin, la nouvelle présidente du comité organisateur restructuré du jamboree.

Donc, ceux-ci se mettent immédiatement à l’oeuvre pour organiser la 16e édition annuelle de l’événement, qui est prévue pour la région Évangéline du 1 au 3 août. L’Association touristique Évangéline prêtera les services de sa coordonnatrice d’activités, Renée Coughlin, au comité pour coordonner cette fin de semaine musicale.

Mme Colette Aucoin, qui a accepté de présider le nouveau comité, considère qu’il est extrêmement important de continuer et d’améliorer le jamboree puisqu’il est un merveilleux forum pour les violoneux et autres artistes musicaux de la région à démontrer le calibre impressionnant de leurs talents. Il donne également l’occasion aux gens de l’Île et aux visiteurs de voir et d’entendre des musiciens invités d’autres provinces qui participent toujours à la fête.

Mme Aucoin aime énormément la musique de violon depuis son enfance; elle fut d’ailleurs gigueuse pendant bon nombre d’années, faisant partie de la populaire troupe des Danseurs Évangéline. Elle a également travaillé à l’organisation du jamboree l’an dernier, expérience qui lui fut des plus bénéfiques.

Malgré que l’organisation du jamboree ne fasse pas partie de son mandat, l’Association touristique Évangéline avait toujours coordonné l’événement, parfois par elle-même, parfois par soumission et parfois par l’embauche de contractuels ou d’étudiants, explique Mme Caroline Arsenault, présidente de l’association. « En raison des maintes autres responsabilités et du manque de personnes ressources, on n’a probablement pas toujours pu y consacrer l’attention qu’on aurait dû lui donner. »

Elle signale que les premières versions du jamboree en particulier ont connu un énorme succès. Certaines des versions plus récentes ont connu des difficultés financières et de participation. Le site hôte du jamboree a changé à quelques reprises et le format de l’événement n’était pas nécessairement constant.

Le nouveau comité qui s’occupera de l’événement cherchera, entre autres, à mettre en place une formule plus solide pour assurer une certaine continuité d’une année à l’autre, explique Réjeanne Arsenault, personne ressource pour l’association et agente en tourisme du Réseau de développement économique et d’employabilité (RDÉE) de l’Île-du-Prince- Édouard.

Pour cette année, l’association touristique continuera à chapeauter la fête mais on s’attend que le jamboree pourra devenir indépendant ou pourra s’intégrer à l’intérieur d’un autre organisme, signale-t-elle.

S’inspirant un peu de la structure du conseil d’administration de l’Exposition agricole et du Festival acadien de la région Évangéline, les bénévoles ont donné à leur nouveau comité un format plus structuré et comptant cinq secteurs : marketing et publicité, financement et commanditaires, programmation et identification des musiciens, protocole et équipe technique. Chacun des secteurs comprend une variété de tâches ou de sous- secteurs. On recrutera alors des bénévoles de la communauté pour voir à la bonne marche de tous les volets de l’événement. Tous les gens qui voudraient se porter bénévoles pour l’événement sont priés de contacter Renée Coughlin aux bureaux de la Société de développement de la Baie acadienne à Wellington au 854-3439.

L’association constate que les gens de la communauté n’ont peut-être pas développé un sens d’appartenance envers le jamboree, malgré le niveau supérieur de talent qu’on y présente. On prévoit qu’en impliquant davantage les gens, on pourra générer bien plus d’intérêt et, conséquemment, plus de participation. Aussi, on fera une plus grande promotion de l’événement et on tentera d’attirer une meilleure couverture médiatique, en particulier lors d’une cérémonie d’ouverture officielle que l’on prévoit organiser pour une première fois cette année.

Le titre de l’événement peut facilement mener les gens à croire que tous les spectacles ne mettent en vedette que des violoneux. Cette supposition est fausse car on y présente d’habitude une grande variété d’artistes de la scène, y compris des chanteurs, des accordéonistes, des joueurs d’harmonica et de guimbarde, des danseurs et bien d’autres. Au cours des années à venir, on se penchera sur la question du nom du jamboree pour voir si un autre titre lui irait mieux.

Mme Aucoin croit que si on peut mieux véhiculer le message de ce qu’est le jamboree, on pourra attirer un marché plus grand et plus diversifié et on pourra améliorer la rentabilité de cette belle fin de semaine. De plus, si on attire plus de gens à l’événement, bon nombre de commerçants avoisinants bénéficieront de retombées économiques importantes.

Cependant, le défi immédiat du comité sera de trouver des sources de financement pour l’activité de cet été. Et ensuite, il cherchera à bâtir sur les forces de ce jamboree pour le transformer en véritable festival.

On prévoit tenir une réunion publique au mois de juin pour laisser savoir aux gens où on en est rendu avec l’organisation du jamboree.

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *