La SDBA restructure son conseil d’administration et redéfinit son territoire de couverture

ABRAM-VILLAGE – Afin de mieux représenter la clientèle qu’elle dessert, la Société de développement de la Baie acadienne (SDBA) vient de changer la structure de son conseil d’administration et de redéfinir son territoire de couverture.

Dorénavant, quand des postes s’ouvriront au sein du conseil, on les remplira par des personnes nommées par divers secteurs ou organismes à volet économique de la communauté et par les municipalités incorporées de la région Évangéline. On y retrouvera donc un représentant des petites et moyennes entreprises, nommé par la Chambre de commerce acadienne et francophone de l’Î.-P.-É., ainsi qu’un représentant nommé par le Conseil de développement coopératif, l’Association touristique Évangéline, le secteur agricole, l’Association des pêcheurs, le Village de Wellington et le Village d’Abram-Village. On parle donc d’un total de sept conseillers.

De plus, les principales activités de la SDBA se sont toujours déroulées dans la région Évangéline, malgré qu’elle offre certains services dans d’autres communautés acadiennes et francophones. Le conseil vient de décider que ses activités pourront dorénavant s’étendre à toutes régions de la province où les Acadien(ne)s et francophones résident, conforme au mandat de la SDBA comme organisme délégué de RDÉE Île-du-Prince-Édouard.

C’est lors de la réunion annuelle de la SDBA, tenue à Abram-Village le 25 juin, que les conseillers ont adopté ces changements ainsi que trois autres modifications à ses statuts et règlements nouvellement traduits en français.

En ce qui concerne la Section 2.01, sur les buts et la mission de l’organisme, on a condensé les 11 premiers items. La nouvelle description se lit maintenant, « La Société de développement de la Baie acadienne de la région Évangéline à l’Île-du-Prince-Édouard est un organisme francophone qui, en collaboration avec des partenaires privilégiés et en suivant une planification stratégique, assure le développement économique en entreprenant des projets innovateurs. Elle offre des services d’appui aux entreprises privées, coopératives et communautaires existantes et en voie de développement afin de stimuler la croissance économique et de faciliter la transition vers la nouvelle économie. »

Suite à des commentaires du public à la réunion, une nouvelle section 2.03 qui était proposée a été modifiée afin de refléter que la SDBA « encourage la mise en oeuvre de mécanismes provinciaux et nationaux pour le développement socio-économique » plutôt que de spécifier des moyens spécifiques, tels que RDÉE Î.-P.-É.

Certaines sections ont été éliminées puisqu’elles ne se sont jamais appliquées à la structure de l’organisme.

« Étant donné que nos statuts et règlements datent de 1995, le conseil a cru bon d’étudier ceux-ci et les mettre à jour afin de mieux refléter la réalité d’aujourd’hui » a signalé la conseillère Caroline Arsenault, qui, au nom du conseil, a présenté la liste des propositions de changements lors de la réunion.

À noter que le présent conseil est composé de Raymond Arsenault de Wellington, président et représentant le secteur de la pêche; Darlene Sanford de Mont-Carmel, vice-présidente et représentant le secteur agricole; Gérard Richard de St-Nicholas, secrétaire-trésorier et représentant du secteur agricole et de la petite et moyenne entreprise; Caroline Arsenault de Mont-Carmel, nommée par l’Association touristique Évangéline; Stephen Arsenault de St-Chrysostôme, représentant les petites et moyennes entreprises; Lawrence Cormier de Wellington, nommé par sa municipalité; et Karen Gallant d’Abram-Village, nommée par sa municipalité.

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *