Léonce Bernard reçoit l’Ordre du mérite coopératif canadien

Le Conseil canadien de la coopération a remis son prix prestigieux de l’Ordre du mérite coopératif canadien à l’Honorable Léonce Bernard, lieutenant gouverneur de l’Île-du-Prince-Édouard et ancien vice-président du CCC, lors du banquet de son 57e Congrès annuel, tenu à Wellington le 28 juin 2003. M. Ernest Arsenault, gérant de la Coopérative de Wellington, a lu le discours suivant:

Bonsoir chers délégués, coopérateurs et invités,

Il me fait un énorme plaisir de vous adresser la parole ce soir pour vous parler d’une personne qui s’est dévouée corps et âme, sans relâche, pour le développement économique, communautaire et surtout coopératif. Ce qui rend la tâche encore plus plaisante est le fait que la personne que nous honorons ce soir est native de la région Évangéline, ici B l’Île-du-Prince-Édouard.

Son nom est reconnu à l’échelle niveaux local, provincial, atlantique, national et même international. Bien qu’il fut impliqué pendant plusieurs années en politique et qu’il a fait partie de toutes sortes d’organismes, on continue toujours associer son nom au mouvement coopératif. Si ce monsieur n’avait pas vu le jour, il a y 60 ans, il est fort probable que la Caisse populaire Évangéline de notre région ne connaîtrait pas l’immense succès qu’elle connaît aujourd’hui. Et on peut presque garantir que plusieurs de nos coopératives qui nous fournissent tant d’emplois et de services n’auraient jamais vu le jour.

Au cas où vous ne l’auriez pas encore deviné, mesdames et messieurs, le récipiendaire de l’Ordre du mérite coopératif canadien, deuxième degré, pour 2003 est nul autre que l’Honorable Léonce Bernard.

Ce n’est certainement pas le premier prix que se mérite M. Bernard. Si on devait vous dresser la liste entière, nous serions ici toute la soirée. Mentionnons cependant qu’il a reçu l’Ordre du mérite coopératif de l’ancien Conseil de la coopération de l’Île-du-Prince-Édouard, l’Ordre des francophones d’Amérique, la Médaille du président du Richelieu International, la Pléiade Ordre de la francophonie, le Prix du Membre de l’Année des caisses populaires de l’Île-du-Prince-Édouard et le Prix du Membre de l’Année de Coop Alantique.

Par ailleurs, M. Bernard occupe présentement les fonctions de chancelier de l’Ordre de l’Île-du-Prince-Édouard, et il a reçu la médaille du mérite (l’insigne de l’Ordre) le 28 mai 2001.

C’est lors d’un séjour au sein des Forces armées canadiennes que M. Bernard est devenue comptable. Il a oeuvré dans ce domaine pendant plusieurs années, d’abord pour les Forces de l’air et ensuite pour un concessionnaire d’automobiles de l’est de la province.

En 1970, il fut embauché comme gérant de la Caisse populaire Évangéline, poste qu’il a détenu pendant 16 ans. Il fut élu membre de l’Assemblée législative provinciale en 1975 et, grâce B cinq ré-élections, il a continué B desservir la 3iPme circonscription du Comté de Prince et la province jusqu’en 1993. Pendant cette période, il a été B tour de rôle ministre de l’Industrie et président de l’Agence de développement de l’Île-du-Prince-Édouard et ensuite ministre des Pêches et des Affaires communautaires. Il fut également ministre responsable des coopératives pendant plusieurs années.

M. Bernard a ensuite servit comme gérant de la Coopérative Le Village Acadien Ltée. B deux reprises, celles-ci ayant été entrecoupées par son retour B la Caisse populaire Évangéline pendant quatre ans.

Il y a un peu plus de deux ans, on apprenait la grande nouvelle que le Premier ministre du Canada, l’Honorable Jean Chrétien, avait nommé M. Bernard, le 39melieutenant-gouverneur de la province. Il prit officiellement ses fonctions le 28 mai 2001.

Dans ses nombreux discours publics en tant que lieutenant-gouverneur, il souligne souvent l’importance du développement communautaire – la capacité des individusB percevoir et B planifier leur propre avenir.

Comme fervent défenseur du mouvement coopératif, M. Bernard a servi B titre de président du Conseil de la coopération de l’Î.-P.-É. , administrateur, vice-président et trésorier du Conseil Canadien de la Coopération, membre de la Société d’assurance-dépôts des caisses populaires et administrateur du Centre régional de développement coopératif.

Quand il était ministre responsable des coopératives, M. Bernard a souvent été le leader dans les discussions sur le développement coopératif et économique communautaire avec ses collègues des autres provinces, s’assurant à chaque reprise que le développement coopératif soit inclus B l’ordre du jour de leurs rencontres nationales.

Également, dans son rôle de vice-président du CCC, il a souvent fait prévaloir l’importance des valeurs et des principes coopératifs lors de ses rencontres avec les ministres fédéraux. D’ailleurs, c’est en grande partie en raison de ses efforts de lobbying B long terme que le gouvernement fédéral a annoncé en juin 2002 l’Initiative de développement coopératif, d’une valeur de 15 millions de dollars sur cinq ans.

C’est justement parce qu’il a tellement B coeur ces valeurs coopératives qu’il fut un porte-parole si efficace pour le mouvement coopératif B tous les niveaux. Il est devenu une source d’inspiration pour bien des gens.

M. Bernard s’est aussi intéressé vivement aux affaires communautaires en occupant des postes de direction au sein de plusieurs organismes, que ce soit pour le Village de Wellington, la Fédération des municipalités de l’Î.-P.-É., Centraide, la Commission scolaire de langue française, le service des incendies de Welllington, le Club des pompiers, le Club des garçons et des filles de Wellington, l’Association du hockey mineur de Wellington et des environs et l’Association touristique Évangéline. Il est membre de la filiale 17 de la Légion royale canadienne et du Club Richelieu Évangéline et il fréquente l’église Immaculée Conception.

Dans tous les projets et organismes dans lesquels il s’est impliqué, s’il entendait des individus exprimer des doutes B propos de leur capacité d’accomplir la tâche demandée, il leur disait souvent, « Ne dites jamais que vous n’êtes pas capables! » Évidemment, il applique très bien cette philosophie de ténacité dans sa vie de tous les jours.

Malgré toutes ses implications professionnelles et communautaires, M. Bernard et son épouse Florence ont trouvé le temps d’élever quatre enfants -Michel, Pierre, Francine et Charles. Dieu les a également bénit avec deux petits-fils, Patrick et Samuel.

Nous arrivons maintenant au temps de la remise du prix, alors j’inviterais Monsieur Robert Revet, président du Conseil canadien de la coopération, B s’avancer pour remettre l’Ordre du mérite coopératif canadien au récipiendaire et Mme Angèle Arsenault, présidente du Conseil de développement coopératif de l’Île-du-Prince-Édouard, à venir présenter des fleurs B Madame Florence Bernard, son épouse.

C’est avec très grande joie et fierté que le Conseil canadien de la coopération présente l’Ordre du mérite coopératif canadien, deuxième degré, B l’Honorable Léonce Bernard.

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *