La Rencontre économique 2003 est considérée un grand succès

SUMMERSIDE – Les organisateurs de la Rencontre économique 2003 – La Chambre de commerce acadienne et francophone de l’Î.-P.-É. (CCAFLIPE) et RDÉE Île-du-Prince-Édouard – se disent très contents des résultats de cette conférence, qui s’est déroulée dans la présence d’une cinquantaine de personnes le samedi 25 octobre au Centre Belle-Alliance de Summerside.

« Ce fut une journée très motivante, ce qui nous a donné le goût d’être plus créatifs dans le développement de nos entreprises, » signale Richard Harvey, président de la CCAFLIPE. « On s’est fait dire par une des conférencières qu’on est beau, qu’on est fin, qu’on est capable, alors cela ne peut que nous donner plus d’optimisme. »

Gilles Desrosiers, président du Conseil consultatif de RDÉE Île-du-Prince-Édouard, est bien d’accord. « Les conférences et les ateliers ont été bien éducatifs ou nous ont fournit des bons outils que nous, les entrepreneurs, pourront mettre en pratique, » signale-t-il. « Nous avons également appris à penser en dehors de la boîte, c’est-à-dire autrement que tout le monde. Nous avons exploré de nouveaux outils de marketing et de nouvelles méthodes de faire les affaires et nous avons appris qu’il ne faut pas se contenter du statut quo. »

Le coordonnateur de la journée, Raymond J. Arsenault, a également signalé que les participants ont eu l’occasion de bénéficier d’expertises de plusieurs personnes très connaissantes dans leur secteur pendant la rencontre, qui portait le thème Défis et Débouchés. Les conférenciers et animateurs ont tous adressé des problèmes qui existent dans le monde de l’entreprenariat et sur le marché du travail, tout en invitant les gens à apporter des solutions.

Il a également indiqué que la conférence a réussit à rejoindre de nouvelles personnes qui n’avaient pas eu l’opportunité de participer aux rencontres annuelles de 2001 et 2002.

Le conférencier de la matinée, Pier T. Furness, vice-président de la Corporation Pizza Delight, a surtout concentré sur les différences entre les entreprises qui réussissent et celles qui ne réussissent pas. Dans son discours, intitulé « La recette du succès : L’art de penser hors de la boîte de pizza », il a parlé des trois ingrédients nécessaires à la réussite : le focus, la discipline et la dominance.

Il a mentionné qu’il faut toujours s’assurer de donner des petits extras à son client, se tenir au courant des tendances du marché et être prêt à répondre aux besoins changeants de sa clientèle.

Comme exemple, il a indiqué que Pizza Delight a récemment changé le décor et le concept de ses nombreux restaurants pour leur donner une allure plus moderne et plus européenne, espérant augmenter les ventes de 15-20 pour cent. Le restaurant de Montague, dans ses premiers sept mois, a réussit à augmenter son chiffre par 45 pour cent. Celui de Summerside, suite à son déménagement à une section plus mouvementée de la ville et à son renouvellement conceptuel, a doublé ses ventes.

Le service à la clientèle doit toujours demeurer la première priorité de toute entreprise, suggère M. Furness. Le niveau de qualité peut seulement être des plus élevés si les employés sont bien préparés et motivés à livrer un tel service.

Suite au souper, la conférencière motivatrice, Joanne Cormier de Cocagne, N.-B., a réussit à donner un bon souffle d’énergie et d’enthousiasme dans les voiles des personnes présentes par l’entremise de son discours, intitulé « La vie est courte et on meurt longtemps ». Elle a suggéré qu’il faut être bien dans sa peau avant de pouvoir trouver du succès dans la vie, tant au niveau personnel que professionnel.

Elle trouve que le succès dépend énormément de l’attitude. Donc, pour réussir, il faut se dire qu’aujourd’hui, c’est le plus beau jour de sa vie et il faut accepter que tout boulot bien fait est une source d’auto-satisfaction.

« Traitez les gens avec respect. Ignorez toute pensée négative. Traitez chaque défi comme une chance d’avancement. Utilisez vos capacités personnelles chaque jour. Donnez à chaque tâche le meilleur de vous et espérez des résultats positifs quotidiennement, » a-t-elle suggéré.

ATELIERS INTÉRESSANTS

Les congressistes ont eu l’occasion de participer à trois ateliers au cours de l’après-midi.

Le premier, animé par Réjeanne Arsenault, a fait réfléchir les entrepreneurs sur leurs investissements dans le marketing mais davantage sur les possibilités et avantages de faire du marketing en commun. Les gens ont entendu les entrepreneurs Gilles Desrosiers de City Copy Shop et Marc Dagenais de ImageWorks discuter de leurs expériences dans le marketing en commun. Les participants ont alors exploré les diverses méthodes de marketing qui sont à leur disposition, qui pourraient leur sauver des sommes importantes et qui pourraient élargir l’effet de leurs investissements.

Maurice X. Gallant animait le deuxième atelier, celui adressant les grands défis du marché du travail, y compris ceux des entrepreneurs et des employés. Après avoir examiné plusieurs statistiques intéressantes, les participants ont pu identifier davantage les problèmes qu’ils perçoivent ainsi qu’offrir des suggestions pour les résoudre.

Le troisième atelier, animé par Angie Cormier, était intitulé, « Les Baby Boomers et la Génération X : Tatouage, perçage et fonds de retraite ». Celui-ci a suscité beaucoup de discussion vive puisqu’on y adressait les perceptions et attitudes des gens d’affaires vis à vis l’autre génération. Henri Gallant de HMS Office Supplies parlait comme membre de la génération des Baby Boomers tandis que Ghislaine Cormier a fait connaître ses opinions comme membre de la Génération X.

D’autre part pendant la journée, Francis Thériault, coordonnateur de RDÉE Île-du-Prince-Édouard, a animé un petit jeu afin de faire mieux connaître le RDÉE. Angie Cormier a aussi présenté une mise à jour sur le Projet Vision.

La journée fut rendue possible grâce à une contribution de l’Agence de promotion économique du Canada atlantique.

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *