La Coopérative service jeunesse est ressuscitée

WELLINGTON – On se rappellera il y a plusieurs années, le mouvement des coopératives service jeunesse avait été initié dans la région Évangéline et s’était répandu un peu partout au Canada. Ce concept a été plus ou moins laissé de côté au cours des dernières années mais le Conseil de développement coopératif (CDC), qui a lui-même repris beaucoup d’ampleur, a décidé de ressusciter la coopérative jeunesse.

Participant à cette résurrection sont une dizaine de jeunes de la région Évangéline, âgés de 12 à 15 ans, qui sont prêts à travailler pour la communauté pour un salaire tout à fait abordable.

« Nos jeunes membres de la coopérative sont prêts à se rouler les manches pour vous aider, » signale la co-coordonnatrice Liane Gallant. « Ils peuvent tondre votre gazon, faire votre jardinage, garder vos enfants, laver vos fenêtres, ranger votre bois, faire votre ménage, faire un peu de peinturage ou entreprendre diverses autres tâches chez-vous ou dans votre entreprise. Vous pouvez acheter les services de la coopérative pour quelques heures, quelques jours ou quelques semaines. »

Charline Arsenault, l’autre co-coordonnatrice, indique que la coopérative a vraiment deux buts : d’offrir un service important à la communauté et de familiariser les jeunes aux valeurs et aux fonctions du mouvement coopératif dans une région.

« Quand vous embauchez un jeune, vous l’aidez à gagner de l’expérience de travail, à obtenir une vue élargie du travail communautaire, à apprendre comment fonctionne une coopérative, à lui fournir un sens d’accomplissement et à être un membre impliqué de sa communauté, » ajoute-t-elle.

Pour embaucher un jeune, on n’a qu’à faire la demande aux co-coordonnatrices au 854-3439, Poste 234. Lorsque le client paye sa facture, 50 cents l’heure du salaire gagné demeure à la coopérative pour défrayer ses dépenses administratives et promotionnelles et le jeune reçoit le montant qui reste. À la fin de l’été, avec l’argent qui demeure dans le compte, on organise une excursion ou une fête pour les membres de la coopérative. Ce sont les membres qui décident comment on dépense l’argent.

« Nous sommes bien contents de voir l’enthousiasme que démontrent les jeunes membres de l’équipe de la Coopérative service jeunesse, » signale Angèle Arsenault, présidente du CDC. « Ils sont bien vaillants et veulent faire un bon travail pour la communauté. »

De plus, Mme Arsenault réitère que cette petite entreprise d’été offre aux jeunes une bonne introduction au mouvement coopératif, ce qui est nécessaire pour assurer la survie à long terme du mouvement dans la région.

C’est grâce à des fonds du programme MYDAS (Mobilizing Youth In Delivering Advisor Services) que le CDC a pu embaucher les coordonnatrices pour remettre sur pied la Coopérative service jeunesse.

BAS DE PHOTO : Les membres de la Coopérative service jeunesse, y inclus, en avant, Karen Gallant et Michelle Martin, puis debout, Jonel Richard et Jonathan Jeffrey, sont bien prêts à travailler pour la communauté.

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *