Deux jeunes travaillent à assurer la relève coopérative

WELLINGTON – Deux jeunes femmes de la région Évangéline ont eu l’occasion d’en apprendre davantage sur l’importance du mouvement coopératif et de contribuer de façon concrète à ce mouvement au cours de l’été.

Le Conseil de développement coopératif avait fait une demande au programme MYDAS(Mobilizing Youth In Delivering Advisor Services) du Centre régional de développement coopératif (CRDC) pour du financement pour l’embauche d’étudiants. Suite à l’approbation de la demande, le conseil a pu embaucher les étudiantes universitaires Liane Gallant et Charline Arsenault d’Abram-Village pour une période de 10 semaines.

On a d’abord tenté de familiariser davantage les employées sur le mouvement coopératif et les bénéfices qu’il apporte aux communautés par l’entremise d’ateliers du CRDC à Charlottetown. Les deux avouent qu’ils connaissaient mal le mouvement, ne sachant pas qu’il y avait beaucoup de différence entre les entreprises coopératives et les entreprises privées et que les coopératives de leur région offraient tant de services et remplissaient tant de fonctions. Elles ont aussi pu prendre conscience que leur région natale est munie d’onze coopératives et qu’elle est considérée capitale mondiale de la coopération (sur une base par personne).

« Cette initiation au mouvement coopératif nous a vraiment ouvert les yeux, » a indiqué Mlle Arsenault. « On devrait vraiment être fier de tout ce qu’on a dans notre communauté, grâce aux coopératives, y compris les nombreux emplois et les nombreux services et produits. »

Les deux employées sont de l’avis que la plupart des jeunes de la région, qui forment pourtant la relève du mouvement coopératif actuel, sont également méconnaissant du mouvement.

« Il faut absolument impliquer les jeunes et leur faire connaître les principes de la coopération si on veut assurer la survie du mouvement coopératif, » a signalé Mlle Gallant.

Comme première activité visant à contourner cette situation, elles ont remis sur pied la défunte Coopérative service jeunesse, une petite coopérative ouvrière de sept jeunes qui offre un service de tonte de gazon, de gardienne d’enfants, de ménage, de nettoyage et de diverses autres tâches à la communauté pour un prix bien abordable, soit pour quelques heures, quelques jours ou quelques semaines. Une petite portion des salaires est redistribuée à la coopérative pour aider à payer ses frais d’administratifs. La somme non dépensée à la fin de l’été servira à organiser une activité de groupe. Les animatrices ont pris avantage des réunions d’organisation de cette petite coopérative pour partager cette philosophie coopérative nouvellement apprise, soit celle du partage des tâches et des bénéfices.

Deuxièmement, elles ont préparé un plan pour un petit programme mensuel pour la prochaine année, nommé « Activités coopératives jeunesse ». Il s’agit de regrouper des jeunes à chaque mois pour une activité récréative (journée à la plage, promenade en traîneau de cheval, party d’Halloween, etc.) et de prendre quelques minutes pour leur parler des bénéfices du mouvement coopératif.

Les deux animatrices ont également travaillé sur divers autres projets avec des coopératives :

– elles ont aidé avec une campagne de recrutement de membres de la Coopérative funéraire Évangéline, ont encouragé les membres actuels de se mettre à jour dans le paiement de leur frais de membership et ont aidé à préparer des textes pour un futur site Web de la coopérative;

– elles ont participé à la planification d’une journée d’activités de la Coopérative de Wellington et de la Caisse populaire Évangéline, s’occupant de trouver des musiciens pour un spectacle extérieur et d’organiser des jeux pour enfants, une vente de hotdogs et divers concours;

– elles ont préparé la promotion de la première réunion annuelle de la nouvelle Coopérative d’hébergement Le Bel âge ltée;

– elles ont préparé une lettre pour envoyer aux membres de l’ancienne Coopérative de Mont-Carmel, les invitant à se joindre à la Coopérative de Wellington;

– elles ont vendu des produits qui restaient de la Coopérative de Mont-Carmel lors d’un marché aux puces;

– elles ont aidé à la collecte d’informations pour une base de données jeunesse;

– et elles ont fait un sondage sur les besoins de formation des entrepreneurs et coopérateurs de la région.

Angèle Arsenault, présidente du Conseil de développement coopératif, indique que ce projet a aidé aux membres du conseil à se rendre compte qu’il y reste encore beaucoup d’éducation et de sensibilisation à faire sur le mouvement coopératif auprès des jeunes. Elle considère qu’il faudra continuer à faire des efforts intensifs pour faire voir le potentiel économique du mouvement à la nouvelle génération.

Malgré le volume de rattrapage qu’il reste à faire, elle considère qu’on vient de prendre la bonne route pour réaliser cette mission. On se sert de jeunes personnes pour rejoindre les autres jeunes, un moyen qui, selon elle, aura des meilleures chances de succès.

BAS DE PHOTO : Charline Arsenault et Liane Gallant d’Abram-Village furent embauchées pour une période de 10 semaines pour l’entremise du programme MYDAS pour promouvoir le mouvement coopératif chez les jeunes et pour aider aux coopératives de la région Évangéline. Elles ont entamé un bon début mais il y reste encore beaucoup de travail de sensibilisation à faire.

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *