Les aînés et les jeunes se partagent des connaissances artisanales

Une coopérative de fabrication artisanale en vue?

Des membres de l’association Les Francophones de l’âge d’or de l’Î.-P.-É. ont récemment vécu une expérience inoubliable d’échange de connaissances artisanales avec un groupe de jeunes acadiens de l’Île.

Dans le cadre des Fêtes du 400e anniversaire de l’Acadie et du Congrès mondial acadien en Nouvelle-Écosse, Les Francophones de l’âge d’or ont développé un projet en trois phases qui vise l’échange de connaissances entre les aînées et les jeunes acadiens insulaires au niveau des produits artisanaux. Ce projet fut entamé grâce à l’appui du programme Partenariat culturel et économique du Canada atlantique, qui est géré par l’Agence de promotion économique du Canada atlantique et Patrimoine canadien.

Lors de la première phase, en juillet, une douzaine d’artisans aînés ont démontré à une quinzaine de jeunes des métiers tel que la couture, le tricot, le travail du bois, la fabrication de paniers et le tissage.

Mme Orella Arsenault, présidente de l’association et une des artisanes au niveau de la courte pointe qui a travaillé avec les jeunes, confirme que l’expérience a été très enrichissante pour les jeunes ainsi que pour les aînés. Elle signale que ce qui était le plus beau dans toute l’affaire, c’est que les jeunes ont eu l’occasion de non seulement voir mais aussi d’essayer leur main à la fabrication de produits.

M. Dominic Gallant, un des jeunes participants, affirme qu’il a vraiment apprécié cette expérience, qui lui a permis d’apprendre des connaissances artisanales des aînés. Ce jeune confirme que la partie qu’il a le plus apprécié était le fait qu’il a pu essayer de mettre à l’oeuvre ses propres talents dans les diverses disciplines artisanales suite aux démonstrations.

La deuxième phase consistait en la découverte de nouveaux produits artisanaux dans la province de la Nouvelle-Écosse. Au cours de quatre jours à la mi-août, un groupe d’environs 60 jeunes et aînés ont visité une variété de sites où les produits artisanaux étaient mis en évidence dans les régions Pointe-de-l’Église et Grand-Pré. Entre autres, les participants ont pu voir des produits qui valorisent les couleurs acadiennes, le travail du cuir, la construction d’un bateau traditionnel et une exposition des produits artisanaux plutôt professionnels. Joceline Arsenault, une des jeunes participantes, demeure émerveillée de son voyage et impressionnée par les beaux produits qu’elle a vus. Lilianne Gaudet, une des membres du comité organisateur qui a participé au voyage et qui est artisane, a aussi été impressionnée par les belles oeuvres qu’elle a vues lors du voyage.

En plus des produits artisanaux, les participants ont pu découvrir l’histoire et la culture des Acadiens de la Nouvelle-Écosse. Entre autres, les aînés ont reçu un traitement royal aux mains du chef Paul Comeau, qui les a accueillis à son restaurent Chez Christophe avec un bon repas et de la très belle musique acadienne.

Le voyage s’est terminé par une participation à la cérémonie de clôture du Congrès mondial acadien à Grand-Pré où une exposition de produits artisanaux de haute qualité était en montre.

Les deux premières phases du projet ont été organisées en partenariat avec le Club 4-H de la région Évangéline.

C’est avec beaucoup d’enthousiasme que Les Francophones de l’âge d’or de l’Î.-P.-É. poursuivent la troisième phase du projet, en partenariat avec le Club 4-H Évangéline, la Société de développement de la Baie acadienne, RDÉE Île-du-Prince-Édouard, le Conseil de développement coopératif et Jeunesse Acadienne Ltée. Il s’agit de l’établissement d’un kiosque de vente des produits fabriqués par des jeunes Acadiens insulaires, appuyés par les aînés. Entre autres, les partenaires s’occuperont du recrutement et de la formation en développement de produit et en entrepreneuriat, en plus d’encadrer les jeunes. Cette partie du projet pourrait prendre forme d’une coopérative jeunesse.

Orella Arsenault signale qu’on apprécie grandement l’appui de l’APECA et de Patrimoine canadien, qui fut livré dans le cadre du programme de Partenariat culturel et économique du Canada atlantique. « Sans cet appui, le projet n’aurait pas été possible, » ajoute-t-elle. « À court et long terme, la communauté acadienne sera la grande gagnante de cette initiative. »

BAS DE PHOTO 1 : Anna Gallant démontre aux jeunes Mathieu Marc Poulin et Dominic Gallant comment on doit manipuler ses aiguilles pour tricoter lors d’une session d’échange sur les disciplines artisanales entre jeunes et aînés.

BAS DE PHOTO 2 : Éric Barriault démontre l’art de fabrication de paniers aux jeunes filles Mélanie Gallant et Joceline Arsenault lors d’une session de partage entre jeunes et aînés.

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *