La CCAFLIPE honore le jeune entrepreneur James Smith et le retraité Adélard Gallant

SUMMERSIDE – La Chambre de commerce acadienne et francophone de l’Île-du-Prince-Édouard (CCAFLIPE) vient d’honorer deux entrepreneurs francophones de marque de l’Île, soit un au tout début de sa carrière d’affaires et l’autre à la retraite.

Lors du Banquet des entrepreneurs 2005, tenu le samedi 19 mars à Summerside, la CCAFLIPE a présenté son prix de l’Entrepreneur distingué 2005, un prix du genre «lifetime achievement », au pêcheur-lobbyiste retiré, Adélard Gallant du Cap-Egmont, qui demeure présentement à Summerside. Ensuite, elle a décerné son nouveau prix du « Jeune entrepreneur de l’année 2005 » à James Smith de Cornwall, qui a fondé une petite entreprise nommée Smith-Kabobs/Smith-Brochettes.

Le Banquet des entrepreneurs 2005, une initiative de la Société de développement de la Baie acadienne, fut parrainé par l’Agence de promotion économique du Canada atlantique et la Caisse populaire Évangéline. Parmi les autres présentateurs de prix à la soirée, on trouvait RDÉE Île-du-Prince-Édouard et le Conseil de développement coopératif.

L’ENTREPRENEUR DISTINGUÉ 2005

L’an dernier, la CCAFLIPE a créé le prix del’Entrepreneur distingué afin de reconnaître l’immense contribution d’un entrepreneur acadien ou francophone de l’Île à l’économie et à sa communauté. Ce prix est d’habitude décerné à une personne en fin de carrière ou à sa retraite.

Né le 18 novembre, 1923, au Cap-Egmont, Adélard Gallant a été pêcheur, donc entrepreneur indépendant, pendant environ 45 ans. Il a pêché le homard, le hareng, le maquereau, la mousse irlandaise et les palourdes. Il a siégé au conseil du P.E.I. Fishermen’s Association de 1966 à 1978, la plupart de ce temps à titre de secrétaire.

Au cours des années 60 et 70, Adélard et quelques-uns de ses compatriotes se sont souvent rendus à Ottawa pour rencontrer les ministres des Pêches et Océans de ces décennies et autres politiciens et fonctionnaires hauts placés, comme John Diefenbaker et Roméo LeBlanc, pour insister, sans relâche, que le gouvernement impose des lois et règlements pour contrôler et conserver la pêche au homard. C’est grâce à ces efforts, par exemple, que les pêcheurs l’est du Canada ont maintenant des limites sur le nombre de cages à homard et doivent installer des mécanismes d’échappement sur leurs cages. Ces mesures ont eu un impact très importante sur la conservation de la ressource.

M. Gallant a aussi travaillé pour mettre sur pied un programme encourageant les décrocheurs à poursuivre leurs études et à promouvoir un programme gouvernemental qui offrait des octrois aux gens qui voulaient améliorer leur maison ou se construire une nouvelle demeure. Il a siégé à de nombreux conseils locaux, provinciaux et nationaux. Même à la retraite, il a continué de partager ses connaissances sur la pêche avec des groupes de visiteurs aînés.

LE JEUNE ENTREPRENEUR DE L’ANNÉE 2005

Afin de reconnaître les efforts et le sens d’entrepreneurship d’un jeune s’étant illustré avec brio dans le monde des affaires, la CCAFLIPE a inauguré le prix du Jeune entrepreneur de l’année.

Lorsqu’il suivait les sessions françaises du programme Jeunes Millionnaires, qu’offrait la SDBA l’été dernier, James Smith, un étudiant de 12 ans de l’école François-Buote à Charlottetown, a décidé de se lancer dans la production et la vente de brochettes de bonbons.

Appuyé fortement par ses parents, Jamie et Louise Smith, James a bien étudié son marché et sa compétition avant de sa lancer en affaires. Nommant son entreprise Smith-Brochettes et en anglais, Smith-Kabobs, il a développé quatre différentes brochettes :Sour HourChewy ChewyMarshmallow Deluxe etCreepy Crawlies. Chacun nécessite des bonbons spécifiques, qu’il classifie en quatre catégories, soit les classiques, les guimauves, les sucrés et lesdégueulasses.

Dans les mois d’été, au marché aux puces dans leCharlottetown Mall, il vendait en moyenne 330 brochettes à chaque dimanche. Il en préparait aussi pour vendre à des fêtes, des anniversaires et des événements sportifs. Il s’est d’ailleurs fait un profit très intéressant entre juin et octobre. L’expérience de ce jeune est certainement la plus grande histoire à succès du programme Jeunes Millionnaires connu à ce jour.

BAS DE PHOTOS

No. 1 : Angie Cormier, au centre, présidente de la Chambre de commerce acadienne et francophone de l’Î.-P.-É., félicite Jeune entrepreneur de l’année 2005, James Smith de la compagnie Smith-Kabobs/Smith-Brochettes, et l’Entrepreneur distingué 2005, Adélard Gallant, un pêcheur retiré du Cap-Egmont. Son épouse Thérèsa a reçu un beau bouquet de fleurs.

No. 2 : Alfred Arsenault, directeur général de la Caisse populaire Évangéline, remet le prix de l’Entrepreneur de l’année 2005 à Adélard Gallant tandis que Richard Harvey, président-sortant de la Chambre de commerce acadienne et francophone de l’Î.-P.-É., a remis un bouquet de fleur à Thérèsa Gallant, épouse du gagnant.

No. 3 : Alfred Arsenault, directeur général de la Caisse populaire Évangéline, et Yolande Richard, secrétaire trésorière de la Chambre de commerce acadienne et francophone de l’Î.-P.-É., remettent le prix du Jeune entrepreneur de l’année 2005 à James Smith, propriétaire de Smith-Kabobs/Smith-Brochettes.

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *