Quatre entreprises francophones de l’Île nommées finalistes du concours national des Lauriers de la PME 2005

SUMMERSIDE – Quatre entreprises francophones de l’Île-du-Prince-Édouard, soit une ferme qui a aidé à mettre sur pied une usine de transformation de boeuf, un recycleur de pièces de voitures qui fait affaire par Internet, une productrice de pâtes fraîches et nutritives et une entreprise touristique bien unique, viennent d’être nommées finalistes provinciales du concours national des Lauriers de la PME (petite et moyenne entreprise). C’est lors du Banquet des entrepreneurs 2005, tenu le samedi 19 mars dernier au Centre Belle-Alliance à Summerside, que RDÉE Île-du-Prince-Édouard, l’organisateur provincial du concours, a reconnu les finalistes : La Ferme Julien Arsenault et Darlene Sanford de Mont-Carmel (secteur « Développement rural »),One Stop Auto Salvage de St-Louis (secteur « Économie du savoir), Atlantic Isle Gourmet Pastade Charlottetown (secteur « Intégration des jeunes dans le développement économique ») et Les Maisons de bouteilles de Cap-Egmont (secteur Tourisme »).

Les gagnants bénéficieront d’annonces publicitaires gratuites, offertes par La Voix acadienne et The Journal-Pioneer, et recevront des fournitures de bureau, gracieuseté de HMS Office Supplies. On estime à 900 $ la valeur des cadeaux qu’ont reçu chacun des gagnants. De plus, au moins d’octobre 2005, ils s’envoleront à Ottawa, toutes dépenses payées, pour participer au Gala des Lauriers de la PME où ils feront compétition au niveau national. Les gagnants nationaux recevront une publicité pancanadienne.

Ce concours, maintenant à sa troisième édition, est organisé à tous les deux ans par RDÉE Canada, en collaboration avec les 12 RDÉE provinciaux et territoriaux. Son objectif principal est d’honorer des entreprises acadiennes et francophones qui se sont démarquées de façon particulière dans leur domaine d’intervention. RDÉE Île-du-Prince-Édouard choisit les gagnants provinciaux par un processus de nominations. Un jury de sélection indépendant révise alors toutes les soumissions et choisit les entreprises qui répondent mieux aux critères nationaux pour être nommées finalistes provinciaux.

Le Banquet des entrepreneurs 2005, une initiative de la Société de développement de la Baie acadienne, fut parrainé par l’Agence de promotion économique du Canada atlantique et la Caisse populaire Évangéline.

LA FERME JULIEN ARSENAULT ET DARLENE SANFORD

Cette ferme, qui célèbre cette année son 40ièmeanniversaire, produit de 400 à 450 têtes de boeuf par année. On y cultive environ 1,000 arpents de grain, d’orge, de foin et d’ensilage à chaque année pour satisfaire aux besoins du troupeau. Suite à l’obtention de son diplôme en mécanisation agricole, Darlene Sanford s’est jointe à son père, Julien Arsenault, pour devenir partenaire dans l’entreprise. Elle s’occupe de diverses tâches, soit de la comptabilité aux soins des animaux à la réparation des tracteurs.

Darlene fut la première femme à devenir présidente du P.E.I. Cattlemen’s Association, poste qu’elle occupe maintenant depuis cinq ans. Elle agit souvent à titre de porte-parole des producteurs de boeuf de l’Île; on l’a vu en entrevue à maintes reprises aux nouvelles provinciales, régionales et nationales. L’association a consacré beaucoup d’effort à promouvoir une meilleure nutrition du bétail et l’avancement de la qualité génétique des troupeaux. Comme résultat, l’industrie a lancé la très populaire marque « Boeuf tendre de l’Atlantique ».

Pendant le premier mandat de Darlene, la seule usine de transformation de boeuf des Maritimes a fermé ses portes. On a pu négocier une entente avec une usine de l’Ontario pour s’occuper de la tâche mais cela entraînait des pertes financières considérables pour les fermiers du Canada atlantique. Après de très longues discussions et négociations, Darlene a participé, avec d’autres producteurs, distributeurs et gouvernements, à la mise sur pied d’une nouvelle usine à Albany, nommée Atlantic Beef Products Inc., qui vient tout juste d’ouvrir ses portes. Cette fermière a aussi participé aux négociations en vue de convaincre les autorités américaines d’ouvrir leurs frontières au boeuf canadien, suite à la situation de la « vache folle ».

ONE STOP AUTO SALVAGE


Larry Drouin a fondé One Stop Auto Salvage en 1977 et St. Louis Auto Sales en 1978, les deux sur le même site dans la communauté rurale de St-Louis. Le lot compte présentement plus ou moins 450 voitures sur six arpents de terre, chaque pièce étant bien classée dans sa base de données informatisée. Afin de mieux faire compétition et de s’adapter aux conditions du marché, M. Drouin a décidé de s’informatiser, et ce dès 1982. Depuis quelques années, il achète la majorité de son stock par Internet et par un système Intranet de fournisseurs de pièces usagées. D’ailleurs, il était le premier vendeur du Canada atlantique à faire partie de ce réseau Nord américain. Environ la moitié des voitures usagées qu’il vend sur son lot ont été achetées par encan Internet.

Avant de se rendre à St-Louis, les gens qui ont besoin de pièces usagées peuvent faire une recherche sur son site Web. Ils sauront en quelques secondes si la pièce voulue se trouve sur son lot. Sinon, aucun problème; Larry l’a trouvera ailleurs. Il estime qu’environ 40 pour cent de ses ventes sont locales et 60 pour cent proviennent d’autres régions et provinces. La majorité de ces ventes se font grâce à Internet. À l’instant, Larry étudie la possibilité d’ouvrir un comptoir de ventes dans une des villes de la province en vue d’augmenter ses recettes.

ATLANTIC ISLE GOURMET PASTA

Denise Arsenault a fondé l’entreprise Atlantic Isle Gourmet Pasta Inc. (AIGP) dans la région de Charlottetown en 1988. Elle a dû déménager son entreprise à quelques reprises pour accommoder le volume de produit exigé par sa clientèle. Depuis ses débuts, la firme a produit des tonnes de pâtes fraîches et nutritives de toutes variétés et saveurs, certaines faites à partir de farine biologique. AIGP a également développé et produit une large gamme de produits alimentaires spécialisés, tels que pâtés impériaux (egg rolls), pains spéciaux, sauces, vinaigres, huiles et gelées.

Depuis trois ans, la compagnie gère la cafétéria du Carrefour de l’Isle-Saint-Jean et offre un service de traiteur. En novembre 2003, Denise a déménagé son entreprise dans le restaurant à l’Aéroport de Charlottetown. De plus, elle agit en tant que traiteur pour certains vols spéciaux ou privés.

Pendant l’année, elle emploie 12 personnes à temps plein ou partiel, ajoutant d’autres membres à son équipe selon la saison et le besoin. À l’instant, environ la moitié de son équipe est considérée jeune (sous l’âge de 35 ans). Depuis les débuts de AIGP, Denise estime avoir employé environ 90 jeunes. Au cours des années, elle a aidé à encadrer plusieurs jeunes entrepreneurs par ses avis et conseils, notamment son fils Daniel et sa fille Jennifer. De plus, elle a participé à diverses entrevues médiatiques en vue de promouvoir l’entrepreneurship chez les jeunes et a agit à titre de conférencière ou panéliste dans des sessions sur le lancement de nouvelles entreprises.

LES MAISONS DE BOUTEILLES


Cette attraction touristique populaire, qui célèbre cette année son 25ième anniversaire, a été construite par Édouard T. Arsenault du Cap-Egmont, alors qu’il était à sa retraite. De 1980 jusqu’au moment de sa mort subite en mai 1984, il cimenta plus de 25 000 bouteilles, de formats et de couleurs variés, pour édifier trois bâtiments. Depuis ce temps, la nouvelle propriétaire, sa fille Réjeanne Arsenault, a fait reconstruire les maisons qui avaient été endommagées par la gelée, a ajouté une boutique de souvenirs et a agrandit le jardin de fleurs. À l’été 2002, le fils de Réjeanne, Étienne Gallant, a conçu et bâti une grosse bouteille près de la route. La nouvelle structure, nécessitant 2 000 bouteilles et haute de treize pieds, sert d’appât pour les touristes.

L’attrait est ouvert de la fin mai à la fin septembre, contribuant ainsi à l’allongement de la saison touristique de la communauté. Au cours des années, l’entreprise a employé environ 40 personnes.

Les visiteurs proviennent du Canada, des États-Unis ainsi que d’un peu partout au monde. Au cours des années, l’entreprise a fait l’objet d’articles dans diverses publications régionales, nationales et internationales, y compris Ripley’s Believe It Or Not! et 1,000 Places to See Before You Die. Plusieurs séries télévisées l’ont également mis en vedette. L’entreprise a remporté le trophée provincial dans la catégorie « site extérieur aménagé » des Prix Attractions Canada 2001.

Réjeanne est présentement présidente de l’Association touristique Évangéline. Elle est également membre de la Commission du tourisme acadien du Canada atlantique et s’est vue méritée, à l’automne 2004, son accréditation du programme d’Exploitant d’entreprise touristique par excellence. Elle est en fait la première membre accréditée à l’Île-du-Prince-Édouard.

BAS DE PHOTOS :

No. 1 : Les finalistes provinciaux d’Île-du-Prince-Édouard du concours Lauriers de la PME 2005 furent récompensés lors du Banquet des entrepreneurs 2005. On aperçoit, de la gauche, Réjeanne Arsenault de la firme Les Maisons de bouteilles (gagnante du secteur « Tourisme »); Larry Drouin de la firme One Stop Auto Salvage (gagnant du secteur « Économie du savoir »); Geoff Allen, agent d’affaires de l’Agence de promotion économique du Canada atlantique, l’organisme parrain du banquet; Julien Arsenault et Darlene Sanford, propriétaires d’une ferme à boeuf (gagnants du secteur « Développement rural »; et Denise Arsenault de la compagnie Atlantic Isle Gourmet Pasta (gagnante du secteur « Intégration des jeunes dans le développement économique »).

No. 2 : Giselle Bernard, à la gauche, agente de développement de RDÉE Île-du-Prince-Édouard, et Geoff Allen, à la droite, agent d’affaires e l’Agence de promotion économique du Canada atlantique, présentent le prix aux finalistes du secteur « Développement rural », les propriétaires père et fille de la Ferme Julien Arsenault et Darlene Sanford de Mont-Carmel.

No. 3 : Marcel Caissie, à la gauche, agente de développement de RDÉE Île-du-Prince-Édouard, et Geoff Allen, à la droite, agent d’affaires e l’Agence de promotion économique du Canada atlantique, présentent le prix au finaliste du secteur « Économie du savoir » à Larry Drouin, propriétaire de la firme One Stop Auto Salvage de St-Louis.

No. 4 : Francis Thériault, à la gauche, coordonnateur de RDÉE Île-du-Prince-Édouard, et Geoff Allen, à la droite, agent d’affaires e l’Agence de promotion économique du Canada atlantique, présentent le prix à la finaliste du secteur « Intégration des jeunes dans le développement économique », Denise Arsenault, propriétaire de la firme Atlantic Isle Gourmet Pasta de Charlottetown.

No. 5 : Janine Arsenault, à la gauche, agente de développement de RDÉE Île-du-Prince-Édouard, et Geoff Allen, à la droite, agent d’affaires e l’Agence de promotion économique du Canada atlantique, présentent le prix du secteur « Tourisme » à Réjeanne Arsenault, propriétaire de la firme Les Maisons de bouteilles de Cap-Egmont.

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *