La Société éducative accueille son nouveau directeur général

WELLINGTON – le 8 juillet 2005 – Lorsque M. Claude Blaquière a accepté le poste de la direction générale de la Société éducative de l’Île-du-Prince-Édouard (SOCEDIPE), il savait qu’il n’aurait pas la tâche facile. En fait, il aura à travailler au financement à long terme de l’institution, au repositionnement de la société et au développement d’une programmation et de partenariats élargis – toutes des tâches qui demanderont assez de temps et d’énergie.

Cependant, le conseil d’administration est convaincu que M. Blaquière pourra relever le défi, grâce à sa vaste connaissance du milieu de l’administration éducative. « Nous sommes très contents d’accueillir une personne du calibre de M. Blaquière, » signale Louise Comeau, présidente de la SOCEDIPE. « Il a acquit 26 années d’expérience au Collège communautaire du Nouveau-Brunswick (CCNB) au campus de Campbellton, ayant d’abord été enseignant, ensuite coordonnateur des programmes et finalement chef de département pour les derniers 10 ans. »

De plus, Mme Comeau ajoute qu’il connaît très bien la communauté francophone de l’Île-du-Prince-Édouard puisqu’il y passe ses étés à son chalet à Mont-Carmel depuis 25 ans. Il est d’ailleurs marié à une femme d’ici, soit Jeannette, fille de feu Jérôme et Rosie Gallant. Ils ont deux enfants, soit une fille de 22 ans et un garçon de 18 ans.

M. Blaquière remplace M. Gilbert Ladéroute, qui avait été prêté à la SOCEDIPE par le gouvernement du Canada pour une période de deux ans. D’ailleurs, le nouveau directeur général est lui aussi prêté à la Société éducative, mais celui-ci par le CCNB.

« M. Ladéroute a très bien desservi la Société éducative ainsi que la communauté de langue française de l’Île, » a indiqué Mme Comeau. « Nous le remercions sincèrement d’avoir oeuvré d’arrache-pied à l’évolution de notre centre de formation et d’avoir aidé à le positionner plus solidement auprès de la communauté et des gouvernements. »

UN POINT TOURNANT

La présidente ajoute que la SOCEDIPE arrive à un point tournant dans son histoire. On est en phase de transition et de développement alors qu’on cherche à adapter davantage la programmation de la société à la nouvelle économie du savoir, tout en adressant l’énorme pénurie qui se fait sentir dans le domaine des métiers.

Selon le nouveau directeur général, il faudra forger de nouveaux partenariats avec d’autres institutions postsecondaires à l’Île et ailleurs afin de pouvoir satisfaire aux besoins de la clientèle francophone toujours évoluante. De plus, il faudra possiblement considérer l’achat de places dans d’autres institutions pour de la formation bien spécialisée pour des étudiants de l’Île. La province a déjà certaines ententes de ce genre et exige que les étudiants ayant bénéficié de ces places s’en reviennent travailler à l’Île pour un certain nombre d’années.

La SOCEDIPE aura à considérer la possibilité d’établir d’autres sites de livraison en province afin de rejoindre le plus d ?apprenants possibles.

Le directeur général considère qu’il faut continuer à travailler afin que la Société éducative puisse obtenir le statut officiel de collège communautaire. Une telle reconnaissance amènerait toutes sortes d’avantages à la SOCEDIPE, lui permettant entre autres d’accéder à plus de ressources et aussi de faire partie d’un réseau canadien de telles institutions.

Le directeur général est appuyé d’une équipe dynamique solide, qui vient d’être restructurée. D’abord, Colette Aucoin est la nouvelle directrice adjointe, Angie Cormier est la nouvelle coordonnatrice des programmes et Christine Maddix est l’adjointe administrative, responsable de la coordination des opérations quotidiennes et du support administratif. On embauche également chaque année des contractuels pour prendre la charge de divers projets et programmes spécifiques.

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *