Le conseil sectoriel aérospatial et RDÉE Î.-P.-É. collaboreront au recrutement de travailleurs bilingues pour l’industrie

SLEMON PARK, Î.-P.-É. –  le 10 mai 2007 – L’industrie aérospatiale toujours grandissante de l’Île-du-Prince-Édouard fait continuellement face au défi de trouver assez de travailleurs qualifiés pour occuper tous les postes disponibles. Les leaders de l’industrie savent bien qu’ils auront à multiplier leurs efforts de recrutement alors qu’elle anticipe la création de jusqu’à 250 emplois supplémentaires au cours des cinq prochaines années.

Un protocole d’entente, signé aujourd’hui par le P.E.I. Aerospace Human Resource Sector Council et RDÉE Île-du-Prince-Édouard (le réseau francophone de développement économique et d’employabilité), pourrait aider à alléger le fardeau.

Les deux organismes s’engagent à collaborer au développement et à la mise en œuvre d’une stratégie de recrutement pour des travailleurs qualifiés de l’industrie aérospatiale et d’une campagne promotionnelle au sein des communautés acadiennes et francophones de l’Île pour encourager les insulaires bilingues vivant dans ces communautés de considérer une carrière au sein de l’industrie aérospatiale.

Jusqu’à présent, le conseil sectoriel a particulièrement misé ses efforts de recrutement à l’Île. Pour sa part, le RDÉE collabore avec divers organismes francophones partout au Canada. De plus, il maintient une relation étroite avec le CIR Évangéline (un organisme ayant des contacts en Europe, au Québec et dans d’autres localités), dont le mandat spécifique est de promouvoir l’immigration de gens francophones à l’Île.

« L’aérospatiale a grandit très pour se hisser au troisième rang des industries insulaires et génère quelques 275 millions de dollars par année, » a signalé le président du conseil sectoriel, Mark Booth. « De façon générale, l’industrie grandit à un taux d’environ 5 pour cent par année, ce qui signifie qu’elle est l’industrie qui s’élargit la plus vite à l’Île. Elle représente le quart de la valeur des produits de l’Île exportés à l’international et emploie présentement quelques 800 employées dans sept entreprises. »

Il est de l’avis que l’on doit exercer tous les efforts possible pour maintenir l’élan et pour assurer que l’Île puisse continuer à héberger une industrie si valable pour les années à venir. Le conseil fut très heureux quand RDÉE Île-du-Prince-Édouard l’a approché avec l’idée d’une collaboration pour attirer des travailleurs bilingues à l’Île.

Colette Arsenault, coprésidente communautaire du Conseil consultatif du RDÉE, a expliqué que le RDÉE œuvre dans le renforcement économique des communautés acadiennes et francophones de l’Île. Parmi les méthodes privilégiées, on tente d’attirer des personnes francophones et bilingues ayant des compétences spécialisées et vivant à l’extérieur de la province ou du pays, pour les convaincre de venir s’installer ici.

« Nos employés sont à développer divers outils promotionnels pour mettre en évidence les avantages de la vie dans une région rurale acadienne et francophone de l’Île. Tous nos outils miseront sur les possibilités d’emplois dans le secteur aérospatial, » a ajouté Mme Arsenault. « De plus nous continueront à prendre avantage de toutes les occasions qui se présentent au Canada et au-delà de nos frontières pour promouvoir nos communautés et notre secteur aérospatial. »

Le P.E.I. Aerospace Human Resource Sector Council Inc. est finance par l’entremise de l’Entente sur le développement du marché du travail Canada-Île-du-Prince-Édouard.

BAS DE PHOTO : Participant à la signature du protocole d’entente étaient, assis, Mark Booth, président du P.E.I. Aerospace Human Resource Sector Council, et Colette Arsenault, présidente communautaire du Conseil consultatif de RDÉE Île-du-Prince-Édouard. Agissant comme témoins étaient Willard Horne, directeur général du conseil sectoriel, et Giselle Bernard, agente de développement du RDÉE

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *