L’Île-du-Prince-Édouard fait remarquer sa présence au Rendez-vous Acadie-Québec

RIVIÈRE-DU-LOUP, Qué. –  le 20 juin 2007 – Les représentants de l’Île-du-Prince-Édouard au Rendez-vous Acadie-Québec, les 13-15 juin à Rivière-du-Loup, Qué., étaient peu nombreux mais ils ont tout de même réussit à faire remarquer leur présence par leurs interventions.

Francis Thériault, gestionnaire de RDÉE Île-du-Prince-Édouard, et Claude Blaquière, président de l’Alliance touristique acadienne et francophone de l’Î.-P.-É., ont chacun fait une présentation lors de la Conférence. Carole Bellefleur, agente de développement du RDÉE, s’est occupée du kiosque d’information économique et touristique de l’Île, répondant à plusieurs questions des quelques 300 délégués.

M. Thériault a agit en tant qu’animateur et présentateur lors d’une session nommée « Les technologies de l’information contribuent à la productivité ». Il a fait une présentation sur diverses outils technologiques de l’Île, y compris la populaire « patate électronique » et autres.

Le conférencier a aussi parlé de la pénurie de main d’œuvre à l’Île-du-Prince-Édouard, surtout en ce qui concerne l’exode des jeunes. Pour contrer à ce dilemme, le RDÉE a mis sur pied le programme PERCÉ, un programme de stages de travail et de mentorat pour jeunes du niveau postsecondaire.

M. Thériault s’est rendu compte au cours de la Conférence que bien des gens connaissent peu l’Île-du-Prince-Édouard et sa francophonie. Mais en entendant parler de ses projets et approches, ils s’y intéressent considérablement. En fait, M. Thériault a pu forger des contacts avec plusieurs partenaires potentiels pour l’échange d’informations avec l’Île ou pour le développement de projets conjoints. Parmi ceux-ci, on retrouvait Pierre Lévesque, directeur général de la Chambre de commerce de Rivière-du-loup.

Suite à sa présentation, plusieurs personnes, notamment des gens de la Gaspésie, lui ont indiqué qu’ils envisagent dans leurs communautés des défis semblables au niveau de la main d’œuvre. Certains groupes voulaient en savoir davantage sur le programme PERCÉ, advenant qu’ils pourraient mettre sur pied un programme du genre dans leurs régions. Une association québécoise de femmes en affaires était également bien intéressée à connaître plus de détails sur le genre d’activités que fait l’Association des femmes acadiennes et francophones de l’Î.-P.-É. au niveau du développement économique et de l’employabilité. Il a également eu des discussions intéressantes avec des représentants des Société d’aide au développement des collectivités (SADC) du Québec et des centres d’appui à l’entrepreneuriat.

Plusieurs médias ont donc fait des reportages sur la perspective de l’Île.

À son tour, M. Blaquière était présentateur au sein de la session nommée « Le tourisme maritime : comment se regrouper pour se positionner sur les marchés canadien et international ». Il a misé sur le fait que l’Alliance touristique est toute neuve et qu’elle tente d’abord de regrouper les intervenants et les exploiteurs touristiques de langue française de l’Île. Mais il a aussi parlé des avantages de travailler avec des regroupements atlantiques ou est-canadiens. Il voit très bien que l’industrie pourrait bénéficier davantage de l’industrie des croisières, par exemple.

Lors de sa session, lui et les autres présentateurs ont constaté que les regroupements touristiques du Québec et de l’Atlantique ciblent essentiellement tous les mêmes clientèles, soit les gens du Québec, des provinces maritimes, des états de la Nouvelle-Angleterre et les visiteurs européens. Ils ont donc conclu qu’il serait alors préférable de travailler ensemble et d’encourager les touristes à visiter toute la région est du Canada. Les frais de marketing et de promotion pourraient ainsi être partagés. De plus, ils ont parlé d’adopter des critères d’évaluation standards pour les attraits touristiques partout au Canada. On considèrera la formation d’une structure est-canadienne pour assurer un suivi à ces dossiers.

Le Rendez-vous de trois jours, qui affichait le thème « Renforçons nos économies », comprenait une conférence d’ouverture, des sessions sur 11 différents thèmes, un salon des exposants, des repas-conférences, un salon de transaction et une plénière des sessions. En marge de la conférence, on retrouvait une journée de golf (dans lequel on était jumelé avec des gens œuvrant dans des domaines connexes au sien) et un souper du terroir mettant en valeur des produits de la région hôtesse. Bon nombre d’entrepreneurs, petits et grands, du Québec et des provinces de l’Atlantique, y ont assisté. Des représentants gouvernementaux, y inclus Mario Dumont, chef de l’Opposition québécoise, étaient de la partie.

BAS DE PHOTO : Pierre Lévesque, à la droite, directeur général de la Chambre de commerce de Rivière-du-loup, félicite Francis Thériault, gestionnaire de RDÉE Île-du-Prince-Édouard, suite à sa conférence au Rendez-vous Acadie-Québec à Rivière-du-loup. (Photo par Marc Larouche)

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *