La SDBA a priorisé le développement durable et l’engagement communautaire au cours de la dernière année

WELLINGTON, Î.-P.-É. – le 3 juillet 2007 – Au cours de la dernière année, la Société de développement de la Baie acadienne (SDBA) s’est basée sur deux principes majeurs pour la guider dans ses interventions : le développement durable et l’engagement communautaire.

C’est ce que révèle le rapport annuel de la SDBA, qui fut distribué au public il y a une couple de semaines et qui fut lancé officiellement lors de l’assemblée générale annuelle de l’organisme de développement économique communautaire le 26 juin dernier.

Le rapport signale que les éléments du plan d’action de la SDBA des dernières années furent, pour la plupart, tirés directement du Plan Vision de la région Évangéline et misaient sur les activités de développement économique qu’avaient proposé les gens de la communauté. On a tenté d’assurer que les projets entamés pourront générer des bénéfices pour la communauté à long terme.

« Aujourd’hui, il faut se positionner pour être davantage concurrentiel sur les marchés mondiaux, être à la fine pointe des nouveaux développements technologiques et s’assurer que le développement de nos communautés se fasse selon une démarche durable, » a signalé le président Stephen Arsenault dans son rapport.

La directrice générale Louise Comeau appuie ses propos et ajoute que lorsqu’on travaille sur un projet quelconque, il faut assurer que la communauté s’engage dans un processus qui lui permettra de prendre en charge son développement et d’atteindre les résultats fixés dans une vision réaliste et atteignable.

OBJECTIFS RÉALISÉS

Dans cette optique, la SDBA a œuvré principalement à la réalisation de 12 objectifs au cours de la dernière année fiscale :

– la rénovation et modernisation du centre commercial la Place du Village;

– une collaboration avec la Société éducative de l’Î.-P.-É. en vue d’établir un programme de formation des métiers (au cours des prochaines années, on verra des cours de charpenterie et de mécanique automobile);

– une collaboration à la mise sur pied de l’Alliance touristique acadienne et francophone de l’Î.-P.-É. et de la Coopérative de développement culturel et patrimonial de Mont-Carmel;

– un appui à un groupe de pêcheurs voulait explorer la diversification de la pêche;

– une exploration de la rentabilité d’énergies alternatives (granules de bois et éoliennes);

– l’amélioration de la communication avec la communauté (développement d’un guichet de services en ligne, ententes d’échanges de services, etc.);

– une recherche préliminaire envers le développement d’un plan de prospection pour de nouvelles entreprises à venir s’installer dans la région;

– une collaboration continue avec le Conseil de développement coopératif et son projet du Carrefour d’immigration rurale;

– un appui au développement d’un nouveau Centre Goéland (la construction doit être complétée cet été)

– une collaboration à l’organisation d’une journée sur le bien-être au travail (Samedi d’être bien);

– une évaluation annuelle des retombées économiques des activités réalisées (par l’entremise de l’outil et du processus LAVAG);

– et une coordination continue du projet PERCÉ en vue de pallier à l’exode de nos jeunes cerveaux.

Tous ces projets ont été réalisés en collaboration avec divers partenaires communautaires et gouvernementaux.

PROJETS DU RDÉE

La SDBA est bien sûr organisme délégué ou hôte de RDÉE Île-du-Prince-Édouard, le réseau de développement économique et d’employabilité francophone de la province. Son gestionnaire Francis Thériault a rapporté que le RDÉE a collaboré cette année avec bon nombre d’organismes, comités et regroupements à la mise en œuvre de quelques 70 projets de développement économique communautaire d’un bout à l’autre de la province.

M. Thériault a ajouté que depuis 2002, on a collaboré à la création ou au maintien de quelques 279 emplois (dont 221 à temps partiel et 58 à temps plein). Les projets de ces cinq dernières années avaient des retombées économiques directes de 7,6 millions de dollars (dont 1,8 millions de dollars dans la dernière année).

De plus, cette année, on a pu commencer à offrir un service de développement entrepreneurial. Une trentaine d’entreprises ont bénéficié de ce service; certaines de ces entreprises sont d’envergure très locale tandis que d’autres sont internationales.

Des ententes de collaboration furent signées avec CBDC Central P.E.I., Open for Business, Resources West et la Central Development Corporation. Le RDÉE peut les aider à desservir des clients qui demanderaient des services en français. En échange, ces organismes pourront partager leurs connaissances et expertises en développement économique avec l’équipe du RDÉE.

D’autre part, le RDÉE a signé une entente en vue d’appuyer le PEI Aerospace Human Resource Sector Council afin d’aider dans le recrutement d’employés pour l’industrie aérospatiale de l’Île.

La dernière année a vu quelques changements au niveau de l’équipe. L’agent de développement Marcel Caissie fut remplacé par Yves Régimbald. Depuis le début de la nouvelle année financière, l’adjointe administrative aux finances Simone Gallant fut remplacée par Amy Richard. Au cours de l’été, l’agente de développement Carole Bellefleur s’en ira également. Mlle Bellefleur sera remplacée par Janine Arsenault (qui avait prit un congé de ce même poste pour s’occuper du programme PERCÉ ainsi qu’un congé de maternité).

Au niveau du Conseil consultatif du RDÉE, il fut décidé cette année d’éliminer les postes de présidence et vice-présidence puis de les remplacer par les postes de coprésidence communautaire et coprésidence entrepreneuriale. Ce sont respectivement Colette Arsenault et Linda Lowther qui ont été élues à ces postes.

BAS DE PHOTO 1 : Stephen Arsenault, à la droite, président du Conseil d’administration de la Société de développement de la Baie acadienne, remercie son vice-président Raymond Arsenault à l’occasion de la fin de son deuxième mandat au sein du conseil.

BAS DE PHOTO 2: La conseillère Karen Gallant a également été reconnue, aussi pour avoir complété deux mandats. C’est également le président Stephen Arsenault qui lui a remit son cadeau.

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *