La Petite France est grande gagnante

SUMMERSIDE – le 22 mars 2011 – Puisque la province était commanditaire majeur du Banquet des entrepreneurs 2011, Sonny Gallant, à la gauche, Membre de l’Assemblée législative pour la région Évangéline-Miscouche, a aidé à remettre le prix Lauriers de la PME 2011 Î.-P.-É, catégorie « Entreprise de services touristiques ».

Les grands gagnants étaient Hubert et Michèle Lihrmann, propriétaires du Gîte du passant La Petite France et du Café Cartier à  Alberton.

Louise Comeau, directrice du Conseil d’administration de RDÉE Île-du-Prince-Édouard, a lu le discours du prix et a aidé à remettre le prix lors du banquet, qui s’est déroulé le 19 mars au Centre Belle-Alliance.

Nous vous présentons intégralement le discours du prix:

« ENTREPRISE DE SERVICES TOURISTIQUES 2011 »
LA PETITE FRANCE B&B / CAFÉ CARTIER
(Michèle et Hubert Lihrmann)

Il y avait un temps, juste quelques années passées en fait, il fallait traverser l’Océan Atlantique pour découvrir la France. Depuis 2004, on n’a qu’à se rendre à Alberton car c’est là que l’on retrouve un joli gîte du passant et un merveilleux petit café de style alsacien. On y trouve une ambiance conviviale et familiale à saveur européenne. Les propriétaires Hubert et Michèle Lihrmann se font un devoir de porter attention aux plus petits détails pour satisfaire à tous les besoins de leurs clients.

Mais comment un couple de la France arrive-t-il à établir un bed-and-breakfast à Alberton? C’est simple; une visite à l’Île et ce fut coup de cœur.

Pourtant Hubert avait un bon emploi comme administrateur des ventes d’une grande entreprise européenne puis Michèle était professeure. Ils élevaient une famille de cinq enfants. Une année, les Lihrmann sont venus à l’Île en vacances alors que leur fils améliorait ses compétences sportives au Andrews Hockey School à Slemon Park.

En se promenant dans les petites communautés rurales de la province, ils sont tombés sur Alberton. Ils ont découvert une belle maison rustique qui était à vendre. Cette demeure historique, qui fut construite entre 1892 et 1894 pour Fred L. Rogers, avait déjà servit comme maison  touristique. De fait, le premier ministre canadien Mackenzie King y est passé en 1919, tandis que le premier ministre Joe Clark y est venu en 1978. À cette date, la maison appartenait à David MacDonald, qui deviendrait bientôt le Membre du Parlement canadien pour Egmont.

Les Lihrmann furent tellement enchantés par cette maison et son histoire qu’ils ont décidé de quitter leurs emplois, d’acheter la maison, d’y déménager et d’y installer une gîte du passant. En peu de temps, ils ont pu ouvrir leur gîte, offrant aux visiteurs deux chambres à coucher, une salle de bain partagée, un petit salon et une salle à manger. Le nom du gîte, La Petite France, était bien logique.

En 2006, la maison fut déclarée un lieu patrimonial du Canada.

C’est en 2009 que les Lihrmann ont décidé d’agrandir le gite pour y ajouter deux autres grandes chambres avec salles de bains privées et un beau salon au deuxième étage.

Chaque chambre à coucher porte le nom d’une région particulière de la France – Alsace, Provence, Lorraine et Savoie – et est décorée dans le style traditionnel de cette région.

Le joli gîte est ouvert de mai à octobre. Sur demande spéciale, on peut ouvrir des chambres hors saison.

Lors de l’expansion de 2009, les Lihrmann ont ajouté un petit resto – le seul café français à l’Île. Ils l’ont nommé Café Cartier, en honneur du premier Français qui est venu à Alberton en 1534, le grand explorateur Jacques Cartier.

Le café offre un menu européen préparé avec des produits biologiques et frais locaux. C’est surtout Michèle qui cuisine, utilisant principalement des méthodes alsaciennes traditionnelles – donc du beurre et de la crème. Elle sert des soupes, du pâté en croute, du kassler, des salades, des quiches, des tartes à l’oignon, des croquemonsieurs, des crêpes et des Madeleines.

Pour le dessert, il y a de la crème brulée, de la tarte de linz, de la tarte tatin, de la tarte aux amandes, des coupes glacées, du gâteau suisse et du gâteau à la mélasse.

Comme breuvages, on sert du café et du thé, de l’espresso, du cappucino, du latté, des tisanes, des liqueurs, des jus. On espère bientôt obtenir un permis pour servir une sélection de vins et de bière avec les repas.

Pour sa part, Hubert cuisine du pain et des baguettes fraîches à trois saveurs nature, ainsi qu’aux graines de sésame et aux graines de pavot. Il ne les vend que les vendredis afin de ne pas faire compétition avec la boulangerie locale.

Le café est ouvert du mercredi au samedi de 13 h à 21 h 30 à l’année longue. En été, on l’ouvre également le dimanche de 13 h à 17 h.

Les propriétaires sont trilingues : ils parlent le français, l’anglais et l’allemand. Ils comprennent également l’italien, l’espagnol et le russe.

Ils trouvent que leur clientèle du gîte est beaucoup québécoise mais une portion grandissante de leur marché est d’origine européenne, surtout l’automne.

En raison de son menu un peu différent, le café attire surtout une clientèle touristique. Cependant, les gens du village commencent par les petits à découvrir ses mets français.

Les Lihrmann se partagent les tâches de gestion. Hubert est la personne contact pour le café et Michèle pour le B&B. Cependant, Hubert s’occupe de tout ce qui est administratif dans les deux parties de l’entreprise puis Michelle fait surtout la cuisine, le décor et l’organisation.

Ils embauchent ordinairement une serveuse pour les mois de juillet et août.

Pour tout ce qu’ils font pour ajouter au cachet touristique de la province et de leur communauté, RDÉE Île-du-Prince-Édouard est privilégié de présenter le prix Laurier, catégorie « Entreprise de services touristiques 2011 », au Gîte du passant La Petite France et au Café Cartier, ainsi qu’à leurs propriétaires Hubert et Michèle Lihrmann.

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *