Une première année de succès et de défis chez RDÉE Île-du-Prince-Édouard Inc.

Partenariats établis et activités réalisées

SUMMERSIDE, Î.-P.-É. – le 24 juin 2011 – La première année de fonctionnement de RDÉE Île-du-Prince-Édouard Inc., en tant qu’organisme indépendant incorporé, fut couronnée de succès et d’accomplissements, déclare le président Martin Marcoux.

Devant une quarantaine de personnes présentes pour l’assemblée annuelle du RDÉE, M. Marcoux a souligné plusieurs faits saillants de l’année, y compris des partenariats établis et des activités réalisées. « Toutes ces initiatives et tous ces partenariats furent des plus fructueux. Nous avons eu à surmonter des défis dans la réalisation de certains projets mais nous avons également pu célébrer bon nombre de résultats positifs, » a-t-il déclaré.

Selon M. Marcoux et le conseil d’administration, les hauts points de l’année étaient sans aucun doute :

  • L’entente de gestion d’un an qu’on a signé avec le Conseil de développement coopératif pour gérer ses affaires, ses ressources humaines ainsi que ses ressources financières;
  • La remise sur pied de la Chambre de commerce acadienne et francophone de l’Île-du-Prince-Édouard (CCAFLIPE) comme sous-comité du RDÉE;
  • La signature d’ententes de collaboration avec les Chambres de commerce de Summerside et de Charlottetown;
  • La première campagne de membership conjointe du RDÉE et de la CCAFLIPE (qui, d’ailleurs, a recruté plus de 75 membres);
  • L’établissement d’un bureau satellite permanent à Charlottetown;
  • L’établissement d’un partenariat avec tous les RDÉE du pays quant à l’utilisation de l’outil de gestion en ligne « Garavou », qui a été développé par RDÉE Î.-P.-É. au cours des dernières années;
  • L’établissement d’un partenariat avec Jeunesse Acadienne et autres organismes pour la livraison du programme de leadership économique communautaire jeunesse, « Faut que ça bouge ».  Ce programme fut livré dans les quatre provinces de l’Atlantique;
  • Finalement, l’expansion du programme PERCÉ au niveau atlantique.

DÉCISION DIFFICILE

Depuis quelques années, en plus d’offrir des services de développement économique communautaire, le RDÉE offrait aussi des services d’appui directs aux entrepreneurs.

Cependant, « Tout récemment, nous avons dû prendre la décision difficile d’officiellement cesser d’offrir un service d’appui direct aux entrepreneurs acadiens et francophones de l’Île, » a signalé le président. « Au cours des quatre dernières années, nous avons appuyé directement quelques centaines d’entrepreneurs, soit en les aidant avec leurs plans d’affaires, de marketing et de promotion afin de les aider à obtenir le financement nécessaire à l’établissement ou à l’expansion de leurs entreprises. Nous les avons également aide à créer des liens et contacts importants avec d’autres fournisseurs de services. »

Il a expliqué que les gouvernements provincial et fédéral ont récemment établi un réseau de Centres d’action ruraux (CAR) d’un bout à l’autre de la province pour jouer ce même genre de rôle; le centre de Wellington est désigné bilingue. Donc, dorénavant, lorsque le RDÉE recevra des clients entrepreneuriaux, il devra les référer au CAR ou à Entreprises Canada.

Le RDÉE a quand même obtenu une place de choix dans les CAR de la province, surtout au niveau des services en développement économique communautaire.

« Notre appui aux entreprises viendra dorénavant surtout via la Chambre de commerce qui organisera conjointement avec nous des activités de réseautage, des ateliers et des sessions d’information pour entrepreneurs. Nous poursuivrons également d’autres initiatives de promotion conjointe, » a-t-il ajouté.

IMPACT POSITIF

Francis Thériault a indiqué dans son rapport du directeur général que le RDÉE a, au cours de l’année, contribué à de nombreux projets de la communauté et a exercé un effet levier important. De fait, les projets auxquels le RDÉE a participé ont apporté plus de 8,3 millions de dollars à la communauté acadienne et francophone de l’Île au cours de la dernière année. Il faut mentionner que ce chiffre est très grand comparativement aux 11 années passées car il inclut un projet qui, par lui-même, vaut 5,2 millions. (C’est bien sûr le nouveau Centre de récréation Évangéline.)

Le directeur général a aussi souligné qu’on a également travaillé avec le Conseil de développement coopératif au développement de trois nouvelles coopératives et à l’appui de plusieurs coopératives existantes dans leurs projets de développement.

ÉLECTIONS

L’assemblée a élu trois nouveaux conseillers pour un mandat de trois ans. Il s’agit de Jeannette Arsenault de Borden-Carleton, réélue à un poste entrepreneurial du Comté de Prince; Conor Mullally, un tuteur contractuel élu au poste entrepreneurial du Comté de Kings; et le Conseil sectoriel des ressources humaines de l’industrie aérospatiale de l’Î.-P.-É., représenté par Jean-Pierre Huot, élu à un poste communautaire du secteur Économie du savoir.

Le Conseil s’est ensuite élu un exécutif. D’abord, Martin Marcoux, le président, débute la deuxième moitié de son mandat de deux ans. Les quatre autres postes ont des mandats d’un an. Jeannette Arsenault fut réélue vice-présidente; Angèle Arsenault fut réélue secrétaire-trésorière; puis Louise Comeau fut réélue conseillère. Conor Mullally fut élu le deuxième conseiller.

-30-

BAS DE PHOTO : Suite à l’assemblée générale annuelle de RDÉE Île-du-Prince-Édouard Inc., son Conseil d’administration s’est élu un nouvel exécutif pour la prochaine année. On aperçoit, de la gauche, la secrétaire-trésorière réélue Angèle Arsenault, la vice-présidente réélue Jeannette Arsenault, le président Martin Marcoux (qui continue son mandat de deux ans), la conseillère réélue Louise Comeau et le tout-nouveau conseiller Conor Mullally.

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *