L’ATÉ veut discuter de la prise en charge communautaire du Phare du Cap-Egmont

Un déjeuner s’annonce pour le 21 janvier

CAP-EGMONT, Î.-P.-É. – le 3 janvier 2012 – Les gens de la région Évangéline seront bientôt demandés de répondre à deux questions importantes : « Est-ce que la communauté veut prendre la charge du Phare de Cap-Egmont? » et « Si oui, quel organisme existant ou à être formé devrait s’en occuper? »

L’Association touristique Évangéline (ATÉ) veut entamer une discussion sérieuse sur ces sujets lors d’un déjeuner d’information le samedi 21 janvier à 8 h 30 au Centre Expo-Festival à Abram-Village. Pour s’inscrire gratuitement au déjeuner, on doit communiquer avec Bonnie Gallant au (902) 854-3663 ou au bonnie@rdeeipe.org au plus tard le 17 janvier.

L’ATÉ explique que le ministère fédéral de Pêches et Océans a identifié 47 phares et lumières marines, incluant le Phare du Cap-Egmont, qu’il considère « en surplus ». Le ministère veut donc s’en débarrasser. Il les offre d’abord à des groupes communautaires qui voudraient en assumer la responsabilité. Si aucun groupe ne s’avance avec une offre d’ici mai 2012, le gouvernement mettra les phares à vendre au public.

De l’avis que le Phare du Cap-Egmont pourrait être développé davantage en attrait touristique, l’ATÉ s’intéresse donc à la sauvegarde du site et veut sonder le pouls de sa communauté. Il a déjà formé un comité pour regarder aux possibilités de développements pour le site.

Selon l’ATÉ, « Si la communauté décide de prendre la charge du phare local, elle aurait jusqu’à mai prochain pour soumettre au gouvernement une demande officielle contenant 25 signatures. Ensuite, le groupe chargé du projet aurait un maximum de trois ans pour développer et soumettre un plan d’affaires pour le site. Si le plan était accepté par le gouvernement, le site du phare serait alors transférer au groupe. »

Lors du déjeuner, on expliquera toutes les conditions de transfert et les responsabilités légales de la prise en charge puis on partagera les résultats des recherches qui ont été faites. On discutera aussi des différentes étapes à prendre si la communauté est prête à s’embarquer.

L’ATÉ et RDÉE Île-du-Prince-Édouard (le conseil de développement économique francophone provincial) étudient le dossier depuis quelques temps et veulent maintenant discuter avec la communauté des options disponibles pour faire avancer le projet. Ces deux organismes sont prêts à continuer le travail pour assurer le développement et le succès à long-terme du site.

-30-

BAS DE PHOTO : Le pêcheur Robert Gallant de Mont-Carmel et Bonnie Gallant, agente de développement de RDÉE Île-du-Prince-Édouard, se trouvent devant le Phare du Cap-Egmont à examiner une ancienne plaque qui avait été affichée sur le phare. L’Association touristique Évangéline veut consulter les gens de sa région le 21 janvier pour déterminer si la communauté veut prendre la charge du phare.

Pour de plus amples renseignements :

Jeannita Bernard
Présidente
Association touristique Évangéline
(902) 854-2189
jmbernar@hotmail.com

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *