Le programme PERCÉ continue de dépasser les attentes en 2011

CHARLOTTETOWN, Î.-P.-É. – le 2 février 2012 – L’an dernier, pour une huitième année consécutive, le programme PERCÉ a connu un énorme succès. De fait, cette initiative – conçue à l’Île-du-Prince-Édouard – a dépassé non seulement les attentes mais aussi les frontières provinciales!

PERCÉ a donné l’occasion à 29 stagiaires de l’Île-du-Prince-Édouard et de Terre-Neuve-et-Labrador d’obtenir, au cours de l’été 2011, un bel avant-goût de leur profession ainsi que la chance de s’épanouir dans leur domaine d’étude. De plus, ces étudiants ont découvert les richesses et le potentiel de carrières dans leur province d’origine.

En 2010, le programme avait été livré  les quatre provinces. Malheureusement, le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse étaient dans l’impossibilité de s’engager envers ce projet l’an dernier.

« Il faut mentionner qu’en raison de circonstances indépendantes de notre volonté, il nous a été impossible d’offrir tous les stages prévus, malgré le nombre d’étudiants intéressés par le programme, » signale Christian Gallant, agent de développement de RDÉE Île-du-Prince-Édouard qui s’occupe maintenant du dossier. « Nous avons jugé  la qualité des stages offerts comme étant plus importante par rapport à leur quantité pour mesurer le succès du programme PERCÉ.  Il est aussi important de noter que nous avons quand même vu une augmentation de 25 pour cent dans le nombre de participants et de stages offerts par les deux provinces participantes. »

M. Gallant est de l’avis qu’on peut considérer le projet PERCÉ comme pratique exemplaire uniquement par le fait qu’il a généré des contributions directes du secteur privé de 90 340,47 $, ce qui représente 38 pour cent de la valeur totale du projet.

« Pour leur part, les employeurs se sont munis de ressources humaines énergiques, qualifiées et innovatrices. Globalement, les commentaires reçus des employeurs furent des plus positifs et encourageants. Plusieurs seraient mêmes prêts à répéter l’expérience avec un autre jeune ou à embaucher leur stagiaire quand celui-ci aura complété ses études, » signale l’agent de développement.

« Malgré les défis rencontrés cette année, le programme PERCÉ est sans l’ombre d’un doute un projet qui répond autant aux besoins de  l’étudiant qui débute sa carrière, qu’à l’entrepreneur qui cherche à combler les pénuries dans son secteur, qu’à la communauté qui accueille à bras ouverts les jeunes qui reviennent s’installer au bercail pour entrer dans la vie active, » ajoute-t-il.

Le projet PERCÉ a été rendue possible pour une huitième année consécutive grâce une contribution de l’Agence de promotion économique du Canada atlantique (APÉCA).

RÉSULTATS Î.-P.-É.

L’été dernier, 16 étudiants universitaires et collégiaux (soit sept francophones et neuf anglophones) provenant de tous les coins de l’Île ont participé au programme. Ces jeunes étudiaient dans des domaines tels la littérature, l’administration des affaires, la nutrition, la kinésiologie, les sciences familiales, les sciences de la santé, les sciences bibliothécaires, l’éducation et l’environnement. Un total record de 80 jeunes avait exprimé un intérêt en postulant pour un stage.

« Les jeunes qui ont été sélectionnés ainsi que leurs employeurs sont ravis de l’expérience que leur a offerte PERCÉ, » signale M. Gallant.

Pour une quatrième année consécutive, la version Î.-P.-É. du programme a reçu un appui financier des ministères provinciaux de la Santé et du Mieux-être ainsi que de l’Innovation et de l’Enseignement supérieur, par l’entremise du Secrétariat de la croissance démographique.

Les montants reçus des gouvernements servent, entre autres, à payer une portion des salaires des participants. Les employeurs de l’Île ont payé une balance de 50 852,60 $ en salaires.

« En conclusion, le programme PERCÉ continue de s’améliorer, de s’agrandir et de desservir les communautés de l’Île-du-Prince-Édouard en tant qu’outil de rapatriement indispensable. Le projet fut présenté, encore une fois, comme un exemple d’une pratique exemplaire à de nombreuses conférences et rencontres d’un bout à l’autre du pays, » conclue M. Gallant.

RÉSULTATS T.-N.-L.

À Terre-Neuve-et-Labrador, 33 personnes ont demandé de participer au programme PERCÉ, qui fut livré par RDÉE Terre-Neuve-et-Labrador. Treize ont complété leur stage d’été chez six employeurs francophones et sept employeurs anglophones.

Grâce à l’embauche de stagiaires bilingues, plusieurs employeurs unilingues ont pu offrir des services bilingues pour la durée des stages. Un des candidats s’est trouvé un emploi permanent avant la fin de son stage avec Service Canada, et quatre ont continué leur emploi financé à 100 pour cent par l’employeur.

Les résultats de l’édition 2011 sont considérablement plus élevés que ceux de l’édition 2010. Trois des stages se sont déroulés à la Péninsule de Port-au-Port et 10 des stages à St- Jean. Les jeunes ont participé à des stages dans les secteurs de l’informatique, la santé, le tourisme, l’éducation, les communications et le secteur public.

Pour leur part, les employeurs ont investi 39 487,87 $ vers les salaires des stagiaires. En plus de l’APECA, plusieurs ministères fédéraux et provinciaux ont également investit dans la version Terre-Neuve du programme.

-30-

BAS DE PHOTO : Maryse Gallant d’Abram-Village, Î.-P.-É., a fait son stage d’été du programme PERCÉ chez le PEI Literacy Alliance comme tutrice en littéracie. On la voit avec le jeune Brady.

Pour de plus amples renseignements :

Christian Gallant
Agent de développement/responsable du programme PERCÉ
RDÉE Île-du-Prince-Édouard
(902) 370-7333
christian@rdeeipe.org

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *