Un programme de traduction d’outils promotionnels rembourse jusqu’à 5 000 $ par entrepreneur admissible

Traduction NB Translation encourage l’utilisation du service

WELLINGTON, Î.-P.-É. – le 24 février 2012 – Bon nombre d’entrepreneurs et d’organismes de l’Île-du-Prince-Édouard pourraient facilement bénéficier d’un programme de financement pour la traduction de leur matériel promotionnel, leur site web, leur affichage et leurs autres outils de vente, tels leurs menus, catalogues ou étiquettes, signale Micheline Roy, directrice générale de Traduction NB Translation, inc.

Lors d’une série de rencontres dans les Centres d’action ruraux de la province à la mi-février, Mme Roy a expliqué que le Programme d’aide à la traduction rembourse aux entreprises admissibles jusqu’à 75 pour cent de leurs coûts de traduction, jusqu’au maximum de 5 000 $. Ce programme est géré par son organisme et financé par l’Agence de promotion économique du Canada atlantique.

Les entrepreneurs et organismes ont l’option de faire traduire leur matériel du français à l’anglais ou de l’anglais au français. Les secteurs admissibles sont : manufacturier, fabrication et transformation; biens et services à l’industrie et aux entreprises; et tourisme. Les organismes sans but lucratif qui œuvrent dans ces secteurs ou qui offrent des services à ces secteurs peuvent également être admissibles.

Pour demander de l’aide, il suffit de remplir un très court formulaire de demande et le soumettre à Traduction NB Translation, inc. On a aussi l’option de choisir le traducteur certifié de son choix, à partir d’une liste officielle. Ordinairement, les demandes sont approuvées en deux jours.

CRITÈRES AMÉLIORÉS

Lors de sa présentation en français à un dîner-causerie au Centre d’action rural de Wellington le 17 février, Mme Roy a répondu à plusieurs questions des neuf participants et participantes. Elle a avoué que par le passé, les critères étaient moins clairs; de plus, pour se qualifier, il fallait être client de l’APÉCA. Heureusement, ce critère a été enlevé, offrant donc l’occasion à un plus grand nombre d’entreprises et organismes à en bénéficier.

Ceux qui sont incertains de se qualifier n’ont qu’à contacter les dirigeants du programme et leur demander avant de remplir le formulaire.

Jusqu’à maintenant, plus d’une centaine de clients des Provinces de l’Atlantique ont obtenu du financement du programme d’aide. La directrice vise un total d’au moins 300 d’ici la prochaine année. Elle est convaincue que l’APÉCA sera davantage intéressé à refinancer le programme si un grand nombre d’entreprises s’en servent.

PROFESSIONALISME

Mme Roy a insisté sur l’importance d’utiliser les services d’un traducteur certifié pour assurer la qualité et l’exactitude de la traduction.

Trop souvent, elle a vu des sites web, des outils promotionnels et des étiquettes contenant des traductions trop littérales ou complètement incorrectes, faites par des personnes non qualifiées ou des logiciels en ligne. Ces « traductions » représentaient très mal le produit ou service en vente et laissaient donc chez le consommateur de très mauvaises impressions de leurs vendeur ou manufacturiers.

À titre d’exemple, elle a mentionné que lorsqu’on a mal aux dents, on consulte un dentiste, un spécialiste du domaine; on ne se fie pas à sa secrétaire ou son neveu pour soigner ses problèmes dentaires. Il faut adopter la même attitude envers le langage et surtout la traduction; il faut la confier à un spécialiste du domaine pour assurer qu’on reçoit un service professionnel et approprié.

Pour en apprendre davantage sur le Programme d’aide à la traduction, on peut visiter le site web www.tnbt.ca.

Le dîner-causerie à Wellington fut organisé en collaboration avec RDÉE Île-du-Prince-Édouard et la Chambre de commerce acadienne et francophone de l’Î.-P.-É.

-30-

BAS DE PHOTO : Micheline Roy, directrice générale de Traduction NB Translation, inc., assise, a récemment fait une tournée des Centres d’action ruraux de l’Île pour promouvoir le Programme d’aide à la traduction. On la voit lors de sa présentation française à Wellington avec, de la gauche, Véronique Tessier de l’Early Childhood Development Association, Linda Richards du Collège Acadie Î.-P.-É. et Jeannine Arsenault du Centre d’action rural de Wellington.

Pour de plus amples détails :

Micheline Roy
Directrice générale
Traduction NB Translation, inc.
micheline.roy@tnbt.ca
506-753-3323

Raymond J. Arsenault
Agent de communication et liaison
RDÉE Île-du-Prince-Édouard Inc.
raymond@rdeeipe.org
902-854-3665

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *