SUMMERSIDE, Î.-P.-É. – le 28 juin 2012 – « Si nous faisons le calcul financier de tous les projets que nous avons appuyés cette année, nous nous apercevons que nos effets leviers, c’est-à-dire leur valeur combinée en argent et en nature, se situe à 1 319 432 $. Il y a de quoi être fier! » a proclamé Martin Marcoux, président réélu de RDÉE Île-du-Prince-Édouard Inc.

C’est lors de l’assemblée générale annuelle du RDÉE (le conseil de développement économique francophone provincial), tenue à Summerside, que M. Marcoux a fait cette déclaration. Cette réunion reportait sur les réalisations de la deuxième année d’opération comme organisme indépendant.

« Il faut dire que l’année 2011-2012 fut très mouvementée alors que le RDÉE a continué à évoluer à pleine allure. Dans son ensemble, l’année a été couronnée de succès à plusieurs niveaux mais nous avons tout de même eu à faire face à d’importants défis et même à certaines déceptions pendant cette année de transitions majeures, » a mentionné le président dans son rapport. « Nous avons tout de même réussi à solidifier notre place sur la scène provinciale en vue de mieux desservir la population et de contribuer davantage au développement économique des communautés acadiennes et francophones et de notre province. »

Le président a indiqué qu’au cours de la dernière année, le RDÉE a vu énormément de transition au niveau du personnel, incluant au niveau de la direction générale et parmi les agents de développement. « Cela nous a apporté du nouveau sang et, avec cela, de nouvelles façons de voir et faire les choses, » a-t-il souligné.

La structure interne de l’organisme a continué à se solidifier cette année alors que la Chambre de commerce acadienne et francophone de l’Î.-P.-É. (CCAFLIPE), qui fait partie intégrante du RDÉE, a pris son envol avec un plein calendrier d’activités pour gens d’affaires. Notamment, son Gala des entrepreneurs revampé a connu son plus grand succès depuis ses débuts il y a de ça plus de 10 ans.

Par contre, le programme ProfitHabileté Î.-P.-É., qui finançait en grande partie les ateliers de la Chambre, a perdu son financement. Il va sans dire que cela occasionnera des ajustements dans la programmation de la chambre.

FRAIS DE MEMBRE

C’est un des facteurs qui a motivé le conseil à demander à ses membres la permission de changer ses statuts et règlements pour lui permettre de charger un frais de membre annuel de 25 $ par organisme ou entreprise et 5 $ par individu. La proposition, qui fut adoptée unanimement, entrera en vigueur au début de la prochaine année financière, donc en avril 2013.

À noter qu’originalement, on avait décidé d’offrir ce même frais de membre à vie. On espère que les sommes collectées fourniront à la CCAFLIPE un petit fond d’opération d’environ 1 000 $ à 1 500 par an.  Il fut mentionné que d’autres Chambres de commerce de l’Île chargent des frais annuels de 150 $ à 1 000 $, selon le nombre d’employés de l’entreprise membre.

SITUATION DU CDC

Pour sa part, le Conseil de développement coopératif (CDC), avec qui le RDÉE a une entente de gestion, prévoyait une magnifique année de festivités à la suite du lancement de l’Année internationale des coopératives en janvier dernier. Mais voilà que quelques mois seulement après ce lancement, on apprend que le gouvernement fédéral couperait son financement à l’Initiative de développement coopératif (IDC), la source de financement de base du CDC, à la fin décembre 2012.

« Ce fut donc toute une gifle pour le CDC et le RDÉE que de voir ses vivres coupées à un moment si critique, » a commenté le président. Il a indiqué que les conseils coopératifs francophones et anglophones nationaux sont à développer une nouvelle stratégie de collaboration en vue d’obtenir du nouveau financement d’un autre ministère.

« Toutefois, même s’il n’y aurait aucun financement spécifique pour le développement coopératif, le RDÉE fera tout son possible pour continuer à appuyer le développement de nouvelles coopératives car le modèle coopératif demeure une option de choix dans le développement économique communautaire, » a-t-il promis.

PARTENARIATS CLÉS

Le président et Gary Doucette, qui était directeur général par intérim à la fin de l’année financière, ont souligné que plusieurs autres beaux partenariats se sont développés au cours de la dernière année. Notamment, on compte les alliances avec :

  • Canadian Parents for French PEI pour l’organisation de foires de carrières en français pour les étudiants de l’immersion et du français langue première de la 9e année et un séminaire sur les avantages du bilinguisme en affaires pour entrepreneurs anglophones.
  • les Centres d’action ruraux de la province pour l’offre de services en français d’un bout à l’autre de la province et, dans le cas du centre de Wellington, l’organisation d’activités conjointes;
  • l’Université Sainte-Anne de la Nouvelle-Écosse et les trois autres RDÉE de la Région atlantique pour la mise en œuvre du projet Atlantique branché, qui incluait un sondage entrepreneurial, l’organisation d’un forum atlantique sur l’économie du savoir et, bientôt, le développement d’une boîte à outils en ligne.

LE FUTUR

En ces temps économiques incertains, qui apportent des coupures substantielles à divers organismes de développement économique (incluant le CDC, ProfitHabileté Î.-P.-É., la Société de développement de la Baie Acadienne et bien d’autres), le RDÉE demeure tout de même optimiste pour son futur. Son financement de base est garanti jusqu’à la fin mars 2013. Comme bien d’autres organismes de la communauté francophone canadienne, le financement du RDÉE provient de la stratégie gouvernementale de cinq ans connue sous le nom de la Feuille de route pour la dualité linguistique, qui se termine le printemps prochain.

Les ministres fédéraux parlent d’un renouvellement de la Feuille de route. Il reste à voir ce que cela voudra dire au niveau financier.

« Le gouvernement fédéral semble être bien satisfait des résultats concrets que génèrent les RDÉE avec les sommes accordées annuellement, donc sous toutes réserves, nous avons confiance dans le futur, » a conclu le président.

Tous ceux qui voudraient une copie du rapport annuel d’activités volumineux du RDÉE n’ont qu’à le télécharger à partir du site web au www.rdeeipe.net ou en cliquant ICI.

-30-


BAS DE PHOTO :
RDÉE Île-du-Prince-Édouard Inc. a récemment marqué la fin de sa deuxième année en tant qu’organisme indépendant lors de son assemblée générale annuelle à Summerside. On aperçoit de la gauche : la vice-présidente réélue Jeannette Arsenault, le président réélu Martin Marcoux, la nouvelle directrice générale par intérim Bonnie Gallant, la nouvelle conseillère au CA, Nancy Clement de l’Association pour nouveaux arrivants au Canada de l’Î.-P.-É., et le nouveau membre de l’exécutif Donald Desroches du Collège Acadie Î.-P.-É.

Pour de plus amples renseignements :

Martin Marcoux
Président
RDÉE Île-du-Prince-Édouard Inc.
902-628-9103
martin.marcoux@rbc.com

Gary Doucette
Directeur général adjoint
RDÉE Île-du-Prince-Édouard Inc.
(902) 370-7333
gary@rdeeipe.org

Partager/Marquer

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

© 2014 RDÉE Île-du-Prince-Édouard Suffusion theme by Sayontan Sinha