Les entrepreneurs de Souris s’informent sur les avantages du bilinguisme lors d’un symposium

On leur fournit de l’information et des appuis

SOURIS, Î.-P.-É. – le 7 mars 2013 – Les organisateurs de « Le Bilinguisme en affaires – Le Symposium de l’avantage du bilinguisme » à Souris mardi dernier considèrent que la plupart des 70 gens d’affaires et leaders communautaires qui ont assisté à leur événement sont déjà convaincus de la valeur d’offrir des services dans les deux langues officielles. Il leur fallait juste un peu plus d’information – et de rassurance – sur la façon de procéder.

« Nous étions très contents des commentaires reçus des participants lors des discussions en petits groupes, » a signalé la coordonnatrice du symposium, Tara McNally MacPhee. « La conversation dans les groupes était très positive. Les entrepreneurs recherchent donc des outils et des ressources pour améliorer leur offre de services bilingues puisqu’ils reconnaissent que le bilinguisme leur offre l’occasion d’atteindre un nouveau marché ainsi qu’une nouvelle source de revenu. »

Le projet « Bienvenue chez-nous », qui a accueilli le symposium, cherche à « rebilinguiser » Souris, anciennement une communauté acadienne et francophone mouvementée qui a perdu beaucoup de son français au fil des années.

Les participants ont appris à propos d’une variété de services qui leur sont disponibles pour les aider à faire la transition.

Le conférencier invité du symposium, le Commissaire aux langues officielles, Graham Fraser, a fortement encouragé les entrepreneurs locaux de faire tout ce qu’ils peuvent pour fournir des services dans les deux langues officielles du pays.

« Rien n’est plus engageant que d’être accueilli dans sa propre langue, » a-t-il affirmé. « Ce n’est que de la bonne hospitalité et de bonnes affaires. »

Il a signalé que la « bilinguisation » de Souris représente « un investissement qui contribue à l’économie locale ». Il considère que le projet de Souris est « un pas dans la bonne direction » qui donnera à la communauté un avantage compétitif qui lui ouvrira de nouvelles portes atlantiques, nationales et internationales.

Le principal facteur motivateur dans tout ce projet est le fait que quelques 45 000 visiteurs du Québec, principalement des francophones, traversent la ville de Souris pour se rendre au traversier en destination des Îles-de-la-Madeleine. Très peu de ces visiteurs s’arrêtent chez les commerçants locaux en route jusqu’au traversier. On croit que le manque d’affichage, de promotion et de services primaires en français en serait la cause; inversement, les quelques commerces qui s’affichent en français réussissent à attirer des touristes francophones.

L’objectif principal du projet est donc d’aider aux entreprises locales – surtout celles reliées au secteur touristique – en offrant des cours de français conversationnel de base aux travailleurs qui ont un contact direct avec les visiteurs et en encourageant les entreprises à traduire leur affichage, leurs brochures, leurs sites web et leurs menus.

Deux commerces touristiques qui connaissent beaucoup de succès, soit Rick’s Fish ’n’ Chips de St. Peter’s Bay et Cavendish Figurines de Borden-Carleton, ont offert des témoignages sur les vastes avantages d’offrir des services en anglais et en français.

« En fait, vous, votre commerce et vos clients en retireront des bénéfices, » a promis le restaurateur Rick Renaud.

Jeannette Arsenault de Cavendish Figurines a signalé que les touristes québécois sont toujours très contents lorsqu’on peut les servir dans leur propre langue. Donc n’importe quel temps additionnel que l’on prend pour leur donner une attention individuelle peut être considéré un investissement.

Plusieurs étudiants francophones du niveau secondaire de l’École-La-Belle-Cloche locale avaient apporté leur curriculum vitae au symposium, indiquant qu’ils étaient prêts à aider aux commerçants touristiques locaux à offrir des services en français à leurs clients dès cet été.

Ce symposium fut organisé par plusieurs partenaires de la région Kings Est qui s’intéressent au développement économique : le Village de Souris, Active Communities Inc., le Centre d’action rural de Souris, Island East Tourism Group et le CAFE (Le Comité des Acadiens et francophones de l’Est). Se joignant à eux étaient Canadian Parents for French – PEI, RDÉE Île-du-Prince-Édouard et le Gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard, incluant Innovation Î.-P.-É. et le Secrétariat des Affaires acadiennes et francophones.

-30-

BAS DE PHOTO 1 : Gail Lecky, directrice générale de Canadian Parents for French – PEI, présente un petit cadeau au Commissaires des Langues officielles du Canada, Graham Fraser, le remerciant d’être conférencier à « Le Bilinguisme en affaires – Le Symposium de l’avantage du bilinguisme » à Souris mardi dernier.

BAS DE PHOTO 2 : Tara McNally MacPhee, à la droite, coordonnatrice du projet « Bienvenue chez-nous », accueille les commerçants touristiques bilingues Jeannette Arsenault de Cavendish Figurines à Borden-Carleton et Rick Renaud de Rick’s Fish ’n’ Chips à St. Peter’s Bay, qui ont chacun donné un témoignage sur la valeur du bilinguisme pour leur entreprise. Ils étaient parmi les conférenciers à « Le Bilinguisme en affaires – Le Symposium de l’avantage du bilinguisme » à Souris mardi dernier.

BAS DE PHOTO 3 : Quelques dignitaires ont eu l’occasion de participer au symposium sur le bilinguisme à Souris. On aperçoit, de la gauche, Aubrey Cormier, adjoint au sous-ministre du Secrétariat aux affaires acadiennes et francophones de l’Île; Jean Léger,  président de RDÉE Canada; le Commissaire aux langues officielles Graham Fraser; et Bonnie Gallant, directrice générale de RDÉE Î.-P.-É.

Pour de plus amples renseignements :

Tara McNally MacPhee
Coordonnatrice
Projet « Bienvenue chez-nous »
(902) 969-3815
taramcnallymacphee@gmail.com