Louise Comeau nommée citoyenne acadienne honorifique de l’Î.-P.-É.

Résidente de l’Île depuis plus de 35 ans

CHARLOTTETOWN, Î.-P.-É. – le 8 juin 2013 – Louise Comeau, Acadienne pure laine de la Nouvelle-Écosse qui demeure à l’Île depuis plus de 35 ans, vient d’être nommée récipiendaire du Certificat honorifique de citoyenneté acadienne de l’Île-du-Prince-Édouard.

C’est lors des assises annuelles de la Société Saint-Thomas-d’Aquin que l’organisme porte-parole lui a remis le certificat. Le président Gabriel Arsenault s’est fait un plaisir d’en faire la présentation.

Ce certificat souligne l’effort méritoire d’une personne ayant œuvré dans le développement et l’épanouissement de la communauté insulaire. Toute personne née acadienne et francophone langue première à l’Î.-P.-É. n’est pas admissible à recevoir cette récompense.

Le certificat est remis afin de reconnaître la contribution et l’appui inestimables d’une personne à l’épanouissement de la communauté acadienne et francophone de l’Île-du-Prince-Édouard. La personne nommée aurait servi explicitement l’Acadie de l’Î.-P.-É. par ses accomplissements passés et/ou dans son rôle continu pour l’avancement de la communauté acadienne et francophone insulaire. De plus, la personne nommée aura œuvré pour l’avancement de la communauté dans le cadre de ses fonctions et/ou par des activités bénévoles.

Louise a tout simplement l’Acadie dans le cœur et dans l’âme. Toute jeune, elle avait décidé de traduire toutes les enseignes de son village de la Baie Sainte-Marie en Nouvelle-Écosse.

Une infirmière diplômée, elle possède aussi un baccalauréat en français de l’Université Sainte-Anne ainsi qu’une maîtrise en psychologie de l’Université de Moncton. En 1975, elle fut la première femme au Canada à devenir présidente d’une fédération francophone provinciale, soit celle de la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse (FANE). Elle fut aussi réalisatrice à Radio-Canada Moncton avant de venir s’établir à l’Île-du-Prince-Édouard il y a plus de 35 ans.

Mme Comeau a œuvré au sein de nombreux comités locaux et provinciaux acadiens et francophones. Elle a aussi siégé à plusieurs conseils d’administration, entre autres, à ceux de l’Association des femmes acadiennes de la Nouvelle-Écosse, de la Société Nationale de l’Acadie (SNA), de la Commission scolaire de langue française de l’Î.-P.-É. et du Conseil des arts de la région Évangéline. Elle a aussi siégé au conseil des gouverneurs de l’Université de Moncton et de celui de l’Université Sainte-Anne.

Elle a été présidente du Collège Acadie Î.-P.-É. et plus récemment, de la Société de développement de la Baie Acadienne, avant d’agir comme directrice générale pendant une dizaine d’années avant de prendre sa retraite en 2012.

Elle est aussi membre fondatrice de la Fédération nationale des Acadiens et francophones du Canada et a siégé à la Commission des droits de la personne de l’Île-du-Prince-Édouard.

Pendant presque 20 ans, Louise a aussi eu son entreprise en artisanat et a mis sur pied l’un des premiers économusées en Acadie et à l’Île-du-Prince-Édouard.

Mme Comeau est bien établie à l’Île-du-Prince-Édouard et elle siège toujours comme bénévole à des comités dans le domaine du développement économique et des ressources humaines, malgré sa retraite bien méritée. Elle est une richesse pour notre communauté.

Elle a deux enfants, Ghislaine et Sylvain.

BAS DE PHOTO : On aperçoit Gabriel Arsenault, président de la Société Saint-Thomas-d’Aquin, qui remet le certificat de citoyenneté acadienne honorifique à Louise Comeau.