RDÉE Île-du-Prince-Édouard continue à multiplier ses impacts et sa reconnaissance dans la communauté

Effets leviers de plus d’un million de dollars!

executifrdee20142015lowresABRAM-VILLAGE – le 24 juin 2014 –  « Pour la dernière année financière, nous estimons à plus de 1,057 millions de dollars l’effet levier de nos actions! Cela veut essentiellement dire que pour chaque dollar investi dans le RDÉE Île-du-Prince-Édouard par le Fonds d’habilitation d’Emploi et Développement social Canada, nous en avons généré deux autres pour nos communautés! » a exclamé fièrement le président Martin Marcoux lors de l’assemblée générale annuelle de l’organisme le 24 juin à Abram-Village.

Il a également indiqué aux quelque 40 personnes présentes que le RDÉE – le conseil de développement économique francophone provincial – se considère très chanceux d’avoir pu maintenir son financement opérationnel lorsque de nombreux partenaires communautaires voient leur financement sévèrement réduit ou complètement éliminé. On prévoit cependant que cela changera très bientôt et qu’on aura à trouver d’autres sources de financement pour une portion des frais d’opération.

Pour l’année qui vient de se terminer, le RDÉE s’est toutefois trouvé à essayer de combler certains vides laissés par les organismes qui ont perdu leur financement, notamment le Conseil de développement coopératif de l’Î.-P.-É. et la Société de développement de la Baie acadienne mais sans toutefois obtenir du financement supplémentaire pour le faire.

VICTOIRES

« Malgré tout, nous avons continué à poursuivre notre mission d’encourager le développement économique dans nos communautés. De fait, nous avons pu mener à bon port plusieurs projets et initiatives de marque comme le projet LIENS et nous avons célébré de belles victoires comme le 10e anniversaire du programme PERCÉ, » a mentionné le président.

D’autre part, M. Marcoux a indiqué que le Centre d’action rural à Wellington, qui est sous la charge du RDÉE, continue de faire un travail superbe. Puis la Chambre de commerce acadienne et francophone de l’Î.-P.-É., également sous le chapeau du RDÉE, continue à se faire connaître et à organiser des activités de réseautage, d’apprentissage et de partage.

Le président signale que de plus en plus, les gouvernements et les organismes reconnaissent le RDÉE comme la voix officielle du développement économique francophone à l’Île. « Cela nous a pris bien des années pour atteindre ce statut. Nous en sommes très fiers et nous sommes conscients qu’il faudra continuer à travailler fort pour le maintenir. »

M. Marcoux a souligné le fait que le RDÉE a travaillé encore cette année à solidifier ses relations avec plusieurs partenaires clés, notamment les chambres de commerce et les organismes œuvrant dans les domaines de l’immigration, de la jeunesse et du tourisme.
« Nous sommes d’avis que de bonnes collaborations de travail engendrent de meilleurs projets qui contribuent davantage au développement et à l’épanouissement de nos communautés. À cet égard, nous jouons un rôle actif au sein du Réseau des développeurs, une initiative de la Société Saint-Thomas-d’Aquin. Ce comité de travail examine tous les aspects de la gouvernance communautaire et tente d’y apporter des solutions pour rendre la communauté acadienne et francophone de l’Île plus efficace. »

CHANGEMENTS ET FUTUR

Dans son rapport, la directrice générale Bonnie Gallant a indiqué que la dernière année a apporté quelques changements au niveau des opérations. D’abord, le RDÉE a déménagé son bureau satellite de Charlottetown au Carrefour de l’Isle-Saint-Jean afin d’être « directement au centre de l’activité de la communauté francophone de la capitale ». Il a également apporté plusieurs ajustements à son équipe en vue de mieux servir ses clients.

« À notre avis, le futur parait très prometteur pour l’économie de la francophonie de l’Île. Le RDÉE prévoit bien être là pour assurer que notre communauté puisse bénéficier pleinement des occasions qui se présenteront, » a signalé Mme Gallant.

Elle a mentionné que le RDÉE aura un rôle important à jouer dans deux très grandes manifestations qui s’en viennent dans la province au cours des prochaines années, soit la Finale des Jeux de l’Acadie de 2015 et le Congrès mondial acadien en 2019. Ces deux événements d’envergure généreront des sommes massives pour l’économie de l’Île.

« Pour ce qui est du secteur de l’immigration, il est encore très jeune, donc il nous reste énormément de travail à faire. Il n’y a pas de limites au potentiel de ce domaine, » a signalé la directrice. « Le secteur touristique offre lui aussi un très large potentiel; il reste encore beaucoup de travail à faire pour développer nos attraits, offrir des services bilingues et attirer une plus grande clientèle. »

Quant au secteur jeunesse, elle mentionne que le travail est toujours à recommencer, car la clientèle se renouvelle pratiquement chaque année. « Certains de nos projets et programmes reviennent d’année en année, mais nous cherchons continuellement des mesures et des projets innovateurs pour inciter ou motiver les jeunes au niveau de l’entrepreneuriat et du travail. Notre Concours des dragons de la dernière année en est un bon exemple. »

Comme l’avait fait le président, elle aussi a remercié les bailleurs de fonds, le conseil d’administration, les employés, les partenaires et les membres.

-30-

 

BAS DE PHOTO : Suite à l’Assemblée générale annuelle de RDÉE Î.-P.-É., le conseil d’administration s’est élu un nouveau comité exécutif composé, de la gauche, de la conseillère Angèle Arsenault, du secrétaire-trésorier Donald DesRoches, du président Martin Marcoux et du conseiller Hubert Lihrmann. Jeannette Arsenault, la vice-présidente et porte-parole de la CCAFLIPE, est absente. Toutes ces personnes ont été réélues.

 

Pour de plus amples renseignements:

Bonnie Gallant
Directrice générale
RDÉE Île-du-Prince-Édouard
(902) 854-3439, poste 232
bonnie@rdeeipe.org