Des résultats prometteurs suite aux foires européennes de Destination Acadie

greg urier - destination acadielowresCHARLOTTETOWN – le 29 avril 2016 – De retour de la foire d’emploi Destination Acadie à Paris en France et à Bruxelles en Belgique à la mi-avril, Gregory Urier se dit très confiant que les efforts exercés porteront des fruits et que quelques Français et Belges viendront éventuellement s’installer à l’Île-du-Prince-Édouard pour occuper des postes en demande.

Comme preuve, il souligne que près d’une quarantaine de personnes de ces pays outremer ont déjà envoyé leur curriculum vitae et trois ou quatre personnes ont déjà réservé un voyage d’exploration au Canada cet été.

M. Urier, agent de développement économique de RDÉE Île-du-Prince-Édouard, et Jacinthe Lemire, directrice de la Coopérative d’intégration francophone de l’Î.-P.-É., formaient la délégation de l’Île à cette foire internationale, qui s’est également rendue jusqu’au Maroc (sans M. Urier). Tenue sous le thème « La Francophonie du Canada atlantique », Destination Acadie fut organisée par la Société Nationale de l’Acadie en partenariat avec des provinces et organismes de la région atlantique. Un total de 1 500 personnes inscrites à l’avance y a assisté.

Lors d’un panel, M. Urier a présenté un portrait global de la vie au Canada et particulièrement à l’Île.

Ensuite, les deux délégués de l’Île se sont rendus à leur kiosque, armés d’une liste d’emplois que les employeurs insulaires éprouvent des difficultés à remplir : gardiennes et enseignantes des centres de la petite enfance, experts en technologies de l’information, camionneurs et travailleurs de l’industrie aérospatiale. M. Urier rapporte qu’il a rencontré bon nombre de gens bien motivés et intéressés à ces domaines.

MULTILINGUES

« Les gens qui sont venus se présenter à notre kiosque détenaient pour la plupart des diplômes d’études avancées et avaient de l’expérience de travail, puis bon nombre d’eux étaient bilingues, trilingues ou même quadrilingues! » a-t-il affirmé. « La grande majorité touchait à nos secteurs prioritaires ou aux métiers manuels. »

De plus, ajoute-t-il, certains avaient déjà vécu dans d’autres pays donc comprennent les démarches à prendre et l’ajustement culturel. Plusieurs des gens rencontrés sont déjà inscrits au programme Entrée Express en vue d’expédier le processus d’entrée au Canada.

En somme, M. Urier considère que l’expérience fut « très positive » et qu’elle devrait se traduire en résultats concrets au cours de la prochaine année.

-30-

 

BAS DE PHOTO: On aperçoit à la droite Gregory Urier, agent de développement économique de RDÉE Île-du-Prince-Édouard, en pleine discussion avec un monsieur de Bruxelles, Belgique, lors de la foire Destination Acadie à la mi-avril.

 

Pour de plus amples renseignements:
Gregory Urier
Agent de développement économique
RDÉE Île-du-Prince-Édouard Inc.
(902) 370-7333, poste 406 (Charlottetown)
(902) 854-3439, poste 223 (Wellington)
gregory@rdeeipe.org