RDÉE Î.-P.-É. appuie les parents dans leurs démarches pour accéder à des services de garde en français

Le recrutement d’éducatrices communautaires et privées devient prioritaire

velma-et-robert-lowresWELLINGTON – le 20 décembre 2016 – Trop de parents francophones de l’Île-du-Prince-Édouard n’ont pas accès à des services de garde en français pour leurs jeunes enfants et, en certains cas, se trouvent obligés de placer leurs enfants dans les quelques garderies anglophones qui ont encore des places.

De fait, plus de 150 enfants sont sur les listes d’attente des six centres de la petite enfance communautaires des régions acadiennes et francophones de l’Île. Ces centres, qui auraient pourtant la capacité d’accepter la majorité de ces enfants, éprouvent de grandes difficultés à recruter un nombre suffisant d’éducateurs et d’éducatrices.

RDÉE Île-du-Prince-Édouard, le conseil de développement économique provincial, veut aider à contourner cette crise puisqu’elle affecte grandement la communauté francophone et son futur ainsi que l’économie insulaire; ce dossier est donc considéré prioritaire.

RECRUTEMENT OUTREMER

« Les efforts pour recruter des éducateurs et éducatrices à l’Île et dans la région atlantique et au Québec n’ont pas porté tellement de fruits pour diverses raisons, » signale Robert Maddix, agent de développement économique du RDÉE. « Nous avons donc commencé à regarder à la France et à la Belgique comme source potentielle de ressources humaines. Parmi les 600 curriculum vitae que nous avons reçus lors des récentes foires de Destination Canada dans ces deux pays, un bon nombre provenait de personnes voulant travailler dans le domaine de la petite enfance. »

Il signale que le RDÉE fera donc des suivis pour voir quelles de ces personnes sont prêtes à déménager au Canada pour travailler dans le domaine, soit dans les centres de la petite enfance ou dans le secteur privé.

« En collaboration avec notre Centre d’action rural de Wellington, nous sommes aussi prêts à appuyer toute personne voulant explorer la possibilité d’établir son propre service de garde privé, qu’elle soit déjà citoyenne ou résidente de l’Île ou une personne qui songe venir s’installer ici, » signale M. Maddix. « Notre agente de soutien à la clientèle, Velma Robichaud, se fera un plaisir de guider toute personne voulant se diriger dans cette avenue par toutes les étapes qu’il faut franchir. »

Il ajoute que toute personne voulant travailler dans le domaine doit posséder une série de compétences et certifications spécifiques fixées par la province. « Nous travaillerons avec toute personne intéressée pour assurer qu’elle puisse accéder aux formations nécessaires pour qu’elle puisse atteindre les normes exigées par la province. »

Pour communiquer avec M. Maddix pour discuter d’un intérêt dans le domaine, il faut composer le (902) 370-7333, poste 403; pour rejoindre Mme Robichaud, il faut composer le (902) 854-3439, poste 228.

-30-

 

BAS DE PHOTO : Velma Robichaud, agente de soutien à la clientèle du Centre d’action rural de Wellington, et Robert Maddix, agent de développement en immigration de RDÉE Î.-P.-É., sont prêts à appuyer toute personne voulant travailler dans le secteur de la petite enfance, soit dans les garderies communautaires ou les garderies privées.

 

Pour de plus amples détails :

Robert Maddix
Agent de développement en immigration
RDÉE Île-du-Prince-Édouard
(902) 370-7333, poste 403
robert@rdeeipe.org

Velma Robichaud
Agente de soutien à la clientèle
Centre d’action rural de Wellington
(902) 854-3439, poste 228
velma@rdeeipe.org