La francophonie, c’est dès la garderie !

OTTAWA – le 9 octobre 2019 – RDÉE Canada tire la sonnette d’alarme ! Ce sont plus de 9500 bambins francophones qui sont actuellement sur liste d’attente pour une place en garderie, par manque d’infrastructures et également par pénurie de main d’œuvre. Plus de 2500 travailleurs qualifiés francophones font défaut pour combler les besoins.

Une récente étude démontrait qu’à l’Île-du-Prince-Édouard seul, en mai dernier, 406 enfants attendaient pour des places dans les six centres de la petite enfance francophones de la province.

Selon le rapport global sur la petite enfance publié par le RDÉE Canada, la situation est alarmante dans les communautés francophones et acadiennes de chaque province et territoire, hors Québec. Si la barre n’est pas redressée rapidement, la plus jeune génération connaîtra tout simplement un phénomène d’assimilation. Sans place en garderie francophone, elle sera contrainte de s’inscrire en garderie anglophone et perdra peu à peu son identité. La transmission de la langue française dès le plus jeune âge, au travers de la première sphère d’apprentissage, est pourtant essentielle à la construction identitaire.

Petit retour en arrière, nous sommes en 2016, le RDÉE Canada crée une Entente de partenariat stratégique en Petite Enfance avec la Commission nationale des parents francophones, rapidement suivie en 2017 par une alliance tripartite avec l’Association des collèges et universités de la francophonie canadienne, afin d’œuvrer conjointement pour assurer la pérennité des garderies en français. Cette stratégie vise notamment à accroître l’accès aux services de garde en français tout en consolidant la qualité de ces services.


Une étude transversale est ensuite réalisée, en 2018-2019, afin d’établir l’état de la situation à travers le Canada et de cartographier la situation des places en garderies dans les communautés francophones.

M. Jean-Guy Bigeau, président-directeur général du RDÉE Canada, indique « Le constat est clair pour les garderies francophones, il s’agit d’une pénurie généralisée par manque d’infrastructures et par débalancement de la demande proportionnellement à l’offre. »

Il ajoute « Les défis se font particulièrement ressentir en matière de recrutement et de rétention de personnel qualifié. La conclusion apparaît que les parents doivent pouvoir avoir l’opportunité d’opter pour un service de garde en français.»

Au cours de l’été 2019, le RDÉE renforce l’entente tripartite en s’associant avec deux nouveaux partenaires actifs dans le secteur, la Société Santé en français et la Fédération nationale des conseils scolaires francophones.

Le Plan global en petite enfance, développé par le RDÉE Canada pour EDSC, se veut une stratégie innovante. Cette approche intermédiaire permet la gestion des fonds « par et pour » les francophones en fonction des besoins et des particularités de chacune des communautés au pays.

L’octroi du financement va désormais permettre de mettre en œuvre, d’un océan à l’autre et dans les communautés francophones et acadienne, un plan d’action pour assurer le développement des services en petite enfance, mais aussi pour soutenir le développement de la capacité entrepreneuriale et de la main d’œuvre dans ce secteur.

-30-

 

 

Contact:
Françoise Verschaeve
Gestionnaire des communications et marketing
RDÉE Canada
Tél. : 613-244-7308, 201
Cell. : 613-809-0770
Courriel : communication@rdee.ca