Un peu d’histoire sur RDÉE ÎPÉ et la CCAFLIPE alors qu’ils célèbrent leurs anniversaires

ABRAM-VILLAGE – le 12 juin 2019 – Les participants aux festivités du 20e anniversaire de RDÉE Île-du-Prince-Édouard et du 10e anniversaire de remise sur pied de la Chambre de commerce acadienne et francophone de l’Î.-P.-É. ont eu l’occasion de se rafraichir un peu la mémoire sur l’établissement et le développement continu de ces deux organismes.

Raymond J. Arsenault, agent de communication du RDÉE et coordonnateur d’activités de la CCAFLIPE, leur a raconté un bref historique sur les organismes partenaires et leur a montré une présentation PowerPoint soulevante de 142 images, présentée en deux minutes et 12 secondes.

******************************************************

Plus de 20 ans passés, des représentants des communautés acadiennes et francophones du pays se sont rassemblés pour discuter du fait que la minorité francophone du pays était désavantagée du point de vue économique. Ils voulaient faire quelque chose de gros et grand pour promouvoir le développement économique de leurs communautés. C’était à l’Île, à Stanley Bridge en fait, que la décision a été prise de poursuivre une démarche nationale.

Le gouvernement fédéral a décidé de créer un fonds et de mettre sur pied un réseau national de développement économique et d’employabilité, qu’on a nommé RDÉE Canada. Dans chaque province et territoire, on demandait à un organisme de prendre la charge d’un programme RDÉE. Ici, c’est la Société de développement de la Baie acadienne qui en a pris la charge en automne 1999.

RDÉE Île-du-Prince-Édouard s’est alors mis au travail pour appuyer toutes sortes de projets à vocation économique et pour créer ses propres projets. Une de nos grandes priorités a toujours été la jeunesse – pour rendre les jeunes plus employables et pour leur donner une idée de ce que ça prend pour être entrepreneur. C’est pourquoi on a mis sur pied des programmes comme PERCÉ, Jeunes millionnaires, la Coop service jeunesse et autres.

Quelques années plus tard, le RDÉE a aidé à mettre sur pied la Chambre de commerce acadienne et francophone pour appuyer les entrepreneurs de l’Île.

Ensemble, les deux groupes ont organisé nos premiers Banquets des entrepreneurs ainsi que plusieurs autres activités de réseautage. Avec le temps, cependant, la Chambre, qui était dirigée par des bénévoles, a perdu son souffle et a essentiellement cessé ses activités.

Rendu en 2010, le RDÉE était devenu tellement solide que son conseil a décidé de s’incorporer indépendamment pour continuer et étendre son travail. En même temps, il a remis la Chambre de commerce sur pied. Cette fois-ci, on lui a accordé plus de temps des employés du RDÉE pour le maintenir. On a aussi revampé le banquet et on l’a transformé en Gala. Et là, on organise une trentaine d’activités par an.

Quelques années plus tard, le RDÉE a aussi mis sur pied le Concours des dragons, qui est maintenant appelé le Concours Ignition francophone.

Et bien sûr, on fait énormément de travail pour intégrer les nouveaux arrivants et les immigrants dans le marché du travail. Et pour nos entrepreneurs, on leur donne la chance d’explorer des nouveaux marchés pour leurs ventes dans des régions comme le Québec.

Là, on a aussi installé le Centre d’action rural de Wellington, qui offre un appui direct aux entrepreneurs qui veulent se lancer en affaires et à des organismes communautaires qui veulent lancer des projets.

On a aussi eu l’honneur de jouer des rôles importants dans la reconstruction du Centre Goéland et du Centre de récréation Évangéline, l’ajout de nouvelles installations au Quai de Baie-Egmont, le développement du site de la Maison Doucette et du Musée de la Banque des fermiers de Rustico, l’expansion du Carrefour de l’Isle-Saint-Jean à Charlottetown, et la liste continue. Y’en a passé des dossiers sous nos yeux depuis 20 ans!

La Chambre de commerce, elle, continue toujours de miser sur des activités de réseautage, d’apprentissage et de partage tandis que le RDÉE continue toujours de contribuer énormément à l’économie provinciale et nationale.

Les personnes suivantes ont assumé la présidence du RDÉE au fil des années :

  • Gilles Desrosiers
  • Linda Lowther
  • Colette Arsenault
  • Jeannette Arsenault
  • Martin Marcoux

Les personnes suivantes ont assuré la coordination ou la direction générale :

  • Théodore Thériault
  • Robert Maddix
  • Francis Thériault
  • Gary Doucette
  • Bonnie Gallant

Parmi les fondateurs de la CCAFLIPE (membres comité de mise en œuvre et premier conseil) :

  • Léo-Paul Arsenault
  • Angie Cormier
  • Henri Gallant
  • Jeannette Arsenault
  • Alcide Bernard
  • Maurice X. Gallant
  • Richard Harvey
  • Yolande Murphy
  • Ernest Arsenault
  • Maurice Arsenault

Les présidents et portes-paroles de la CCAFLIPE:

  • Léo-Paul Arsenault
  • Richard Harvey
  • Angie Cormier
  • Maurice X. Gallant
  • Jeannette Arsenault
  • Martin Marcoux
  • Pierre Gallant

Les deux coordonnateurs d’activités de la CCAFLIPE :

  • Giselle Bernard
  • Raymond J. Arsenault

Les responsables de la SDBA qui ont appuyé le RDÉE lorsqu’il était sous leur charge :

    • Raymond Arsenault
    • Gilles Labonté
    • Desmond Arsenault
    • Stephen Arsenault
    • Louise Comeau (directrice générale)

On peut voir le montage de photos traçant l’histoire du RDÉE et la CCAFLIPE à http://www.rdeeipe.net/wp-content/uploads/2019/06/20e-anniversaire-basse-resolution.pdf